Emission record de CO2 en 2010

Durée de lecture : 2 minutes

31 mai 2011 / Jérôme Albert (developpement-durable-entreprise.fr)

30,6 gigatonnes de CO2 ont été émis dans l’atmosphère, c’est 5% de plus qu’en 2008… année du précédent record.


Les émissions de [gaz carbonique] ont bondi de 5% en 2010 selon l’Agence internationale de l’énergie (AIE). Ce très mauvais résultat remet en cause l’objectif fixé par les dirigeants internationaux de limiter l’augmentation de la température globale à moins de 2°C d’ici à l’année 2100, annonce l’Agence internationale de l’Energie (AIE) sur son site internet.

En 2010, 30,6 gigatonnes de CO2 ont été émis dans l’atmosphère, c’est 5% de plus qu’en 2008…année déjà tristement référencée pour être celle du précédent record !

Rappelons que le CO2 (ou dioxyde de carbone), gaz présent naturellement dans l’atmosphère en très petite quantité (0,03%), est aussi un gaz à effet de serre créé par les activités humaines et connu pour ses propriétés absorbantes qui bloquent la réémission vers l’espace de l’énergie thermique créée au sol par le rayonnement solaire, ce qui le rendrait responsable du réchauffement climatique observé sur notre planète depuis la fin du XXe siècle.

Au rythme où vont les choses, « rester sous la barre d’une augmentation de 2°C va devenir un défi extrêmement difficile à tenir » prédit l’économiste en chef de l’AIE, Fatih Birol au journal The Guardian, et d’ajouter que « selon les prévisions du GIEC, il y a 50% de risques que l’augmentation de la température dépasse les 4°C vers 2100 ».

Pour ne pas en arriver là, il faudrait, selon l’AIE, que « les rejets de CO2 ne dépassent pas les 32 gigatonnes en 2020. Or si les quantités d’émissions suivent la même tendance, ce seuil sera franchi dès l’an prochain ».

Avec la crise économique, les CO2 avaient diminué en 2009, mais le volume de leurs rejets a repris très fort en 2010, notamment dans les pays émergents qui ont mieux résisté à la dépression que les pays occidentaux.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : http://www.developpement-durable-en...

Lire aussi : La sécheresse se poursuit et s’aggrave en Chine

21 janvier 2020
Faire durer les grèves : les leçons de l’histoire
Enquête
8 janvier 2020
En Australie, « même des forêts tempérées partent en fumée »
Entretien
20 janvier 2020
La survie de Terre de liens entre les mains du gouvernement
Enquête