En Allemagne, on teste le « bio-moteur » pour véhicules électriques

Durée de lecture : 2 minutes

21 novembre 2014 / Bulletins électroniques

En Allemagne, un projet pilote travaille actuellement sur les synergies possibles entre la mobilité électrique et la bioénergie. Des tests concluants ont été effectués sur des véhicules électriques, avec comme objectif de créer une alternative aux énergies fossiles qui soit faible en émission de gaz à effet de serre.


Dans le cadre du projet pilote « expansion des flottes de véhicule par des multiplicateurs et l’accompagnement scientifique » (Multi-Flottenaufbau), le Centre allemand de recherche sur la biomasse (DBFZ) explore actuellement les synergies potentielles entre la mobilité électrique et la bioénergie, et teste sa mise en oeuvre pratique. L’objectif est de créer une alternative aux énergies fossiles qui soit faible en émission de gaz à effet de serre, haute en performance et respectueuse du climat.

A cet effet, le DBFZ a développé un prolongateur d’autonomie (« range extender ») sur la base d’un moteur de type Wankel. Des tests ont été effectués en utilisant des biocarburants, notamment le bioéthanol, et en analysant leurs effets sur le rendement énergétique et le comportement du véhicule en matière d’émissions. L’utilisation du biogaz a également été étudiée puis expérimentée.

Solution prometteuse pour la transition

Le bio-moteur Wankel est idéal comme prolongateur d’autonomie des véhicules électriques grâce à sa conception légère et compacte, ainsi que pour sa flexibilité en terme de consommation de carburant. Avec son prototype, le DBFZ espère répondre aux besoins des zones suburbaines.

Les véhicules électriques avec prolongateurs d’autonomie sont des véhicules hybrides « plug-in », qui peuvent être rechargés de manière externe via une prise de courant, ou de manière interne par le « range extender ». Ils sont considérés comme une solution prometteuse pour la transition vers des véhicules entièrement électriques, et peuvent déjà apporter une contribution significative à la réduction de la consommation de CO2.

L’utilisation de la biomasse pour la génération d’électricité ou la production de biocarburants constitue un facteur important pour le développement de la mobilité électrique et pour la réduction des émissions de gaz à effet de serre du secteur des transports.

Etendre le projet

La régie municipale de Leipzig (« Stadtwerke Leipzig », entreprise locale de production et de fourniture d’énergie dont les capitaux appartiennent à la ville) et l’Université de Leipzig développent un cadre pour l’acquisition, l’organisation et la mise à disposition d’une flotte municipale de véhicules électriques à bio-moteur.

Le projet vise également de répondre aux questions suivantes, notamment : comment faire évoluer la demande énergétique par le développement de la mobilité électrique à Leipzig ? Quelle proportion de la demande en énergie peut être fournie par des concepts régionaux basés sur la bio-énergie ?

Le projet fait partie d’un programme de quarante projets de mobilité électrique financés dans le cadre de l’initiative pilote du gouvernement fédéral, qui a choisi quatre régions pour soutenir la recherche et le développement de systèmes de propulsion alternatifs.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Bulletins électroniques

Photo : EMO Berlin

Lire aussi : Hambourg veut devenir la première grande ville sans voiture‏

20 novembre 2019
« Face au catastrophisme, c’est à partir du local qu’on aura du positif »
16 novembre 2019
La Maison des peuples ouverte à Paris XXe a été évacuée par la police
20 novembre 2019
Dans sa ferme, Anita prend soin des chèvres... et des humains




Du même auteur       Bulletins électroniques