En Bretagne, on transporte les marchandises en voilier

Durée de lecture : 4 minutes

4 novembre 2013 / TransOceanic Wind Transport

« En pleine polémique bretonne sur l’écotaxe, nous posons une question aux Bretons : ’Quelles bulles boirez-vous à Noël ?’ Nous répondons : Pour un Noël de la transition énergétique et des lendemains sans mal de tête, pensez à nos pétillants naturels qui viennent en voilier jusqu’à votre magasin. »


TOWT (TransOceanic Wind Transport) - Transport à la voile organise la deuxième édition d’un transport de marchandises à la voile autour des côtes de Bretagne, du 16 novembre au 4 décembre 2013.

Le Biche, thonier à voile de 22 mètres, effectuera un tour de Bretagne, de Nantes à Roscoff, avec plusieurs dizaines de tonnes de marchandises qui sont commercialisées au fil des escales, à Lorient et à Brest notamment. Ce transport à la voile est organisé par TOWT avec le soutien du Conseil Régional de Bretagne, dans le cadre du dispositif de modernisation de l’offre des voiliers de Bretagne, et à l’initiative d’Ingalañ Bro Brest, association bretonne de commerce équitable.

Partant de Lorient, le navire chargé de conserves de légumes ralliera Nantes, où des vins du Muscadet seront embarqués, pour rejoindre Lesconil, puis la métropole brestoise et Roscoff. Des oignons rosés et des échalotes seront chargés dans le port léonard, à destination des réseaux de magasins et de partenaires des régions brestoises, lorientaises et nantaises. Dans un esprit de cohérence, tous les produits sont issus de l’agriculture biologique et font l’objet d’un commerce équitable.

Cette ligne régulière autour de la Bretagne permettra l’économie d’une douzaine de tonnes de CO2, en fonction des conditions commerciales et météorologiques dans lesquelles se déroulera la navigation. Une partie importante des vins biologiques du pays nantais distribuée en Bretagne est ainsi désormais labélisée « transporté à la voile – dans le respect de l’environnement ».

Cette « véritable expérience bretonne » de transport de fret sur un superbe voilier traditionnel de travail est ouverte à tous.

Réservations : Embarquez sur le Biche !

Plus d’informations

TOWT, la propulsion vélique pour le futur

L’objectif de TOWT – Transport à la voile est de multiplier les transports de marchandises à la voile en anticipant la transition énergétique, de prouver leur viabilité et de développer un label de transport maritime propre, afin de permettre la construction de cargos modernes à propulsion vélique.

Guillaume LE GRAND, Fondateur de TOWT - Transport à la voile :

« En pleine polémique bretonne sur l’écotaxe, nous posons une question aux Bretons : « Quelles bulles boirez-vous à Noël ? ».

« Nous proposons depuis plusieurs années des produits transportés à la voile - non que la révolution logistique viendra des bateaux du patrimoine - mais pour proposer une alternative logistique basée sur la propulsion vélique et sur une certification d’un mode de transport.

Vins nantais, oignons de Roscoff, algues de Lesconil sont autant de produits bretons excellents qui seront transportés grâce au vent vers des consommateurs, tout en leur assurant une véritable traçabilité logistique.

Nous répondons donc simplement : « Pour un Noël de la transition énergétique et des lendemains sans mal de tête, pensez à nos pétillants naturels et qui viennent de Loire-Atlantique en voilier jusqu’à votre magasin. »

Philippe RODET, Nautisme en Bretagne :

« Le conseil régional de Bretagne travaille depuis plusieurs années à la pérennité des voiliers du patrimoine breton. Leur inventer un avenir passe par une remise en conformité des voiliers mais avant tout par la construction d’un nouveau modèle économique, c’est dans ce cadre que le projet innovant imaginé et mis en œuvre par la jeune société TOWT est soutenu par la région. Le transport de marchandise à la voile porte un message et des valeurs qui nous unissent et dans lequel nous nous retrouvons bien ! »

Marc MAUSSION, Les Amis du Biche :

« Dès le début de la guerre 1914-1918, plus de cent thoniers dundee groisillons ont approvisionné l’Ouest de la France en charbon en provenance d’Angleterre. En dehors des périodes d’armement à la pêche au thon, le cabotage a continué pendant de nombreuses années avec des marchandises variées tels que vins ou pommes de terre. Ces thoniers avaient une capacité de charge importante tout en gardant des qualités nautiques remarquables.

Il nous semble important dans notre programme d’exploitation de Biche (construit en 1934 et restauré en 2012) que le navire puisse pratiquer les deux métiers : pêcher le thon et transporter des marchandises. Ce transport de marchandises permet donc d’allier une longue navigation bretonne à un transport propre en basse saison tout en retrouvant la double activité qu’avaient historiquement ces bateaux. »

David DERRIEN, Ingalañ Bro Brest :

« La Bretagne est aujourd’hui le théâtre d’enjeux d’avenir autour de la transition énergétique notamment sur la partie transport. Baignée par trois côtés par la mer, la Bretagne a un fort potentiel pour développer le cabotage avec l’acheminement de marchandises équitables, locales et respectueuses de l’environnement, véritable aboutissement dans l’utilisation d’infrastructures terrestres privilégiant les conditions de transport conciliant impact environnemental et innovation technologique. »


"Il s’agit de faire voyager ce vin selon une vieille tradition qui veut qu’il n’atteigne vraiment la perfection qu’après avoir fait une traversée sur un voilier", Henry de Monfreid (Le pilleur d’épaves, 1955).


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source et photo : TWOT - Transport à la voile

Lire aussi :
- En Bretagne, l’autonomie énergétique en marche
- L’écotaxe est bonne pour l’économie locale

12 novembre 2019
Pour les jeunes des centres sociaux, « la nature parle mais les hommes ne l’écoutent pas »
Reportage
12 novembre 2019
Paysans et défenseurs des animaux doivent s’unir contre l’industrialisation du vivant
Tribune
9 novembre 2019
Chute du mur de Berlin : les écologistes étaient en première ligne
Info