En Colombie, un barrage détruit l’Amazonie au détriment des paysans

Durée de lecture : 2 minutes

28 mars 2012 / Investigaction


Bien que les entreprises propriétaires du projet hydroélectrique El Quimbo se déclarent au niveau international comme productrices d’« énergie verte », les communautés de la région, les paysans et les pêcheurs artisanaux les voient d’un autre œil. Ils sont totalement opposés à ce mégaprojet et maintiennent un barrage devant le chantier. C’est là qu’ils tiennent des assemblées de protestation depuis le 8 janvier 2012. Le 14 février, des opposants au projet ont été délogés par la violence. Les fusils de l’ESMAD, groupe anti-émeutes colombien, visaient uniquement la liberté de mouvement de l’entreprise pour poursuivre ses travaux.

Sur sa page web d’information sur le projet El Quimbo, l’entreprise EMGESA dit s’engager « socialement et culturellement avec la communauté » et adapter ses « stratégies entrepreneuriales à la préservation de l’environnement ». Rien n’est plus éloigné de la réalité.

En mars, cette filiale des multinationales espagnole ENDESA et italienne ENEL va porter un coup au cœur de l’Amazonie colombienne. Elle se propose de commencer à détourner le cours du grand fleuve de La Magdalena. Ce fleuve assure actuellement la fertilité des vallées qui l’entourent sur un cheminement sinueux de 1.500 kilomètres.

La déviation du fleuve fait partie de la construction irrégulièrement approuvée du mégaprojet hydroélectrique de El Quimbo. Le barrage inondera six 6villes au sud du département du Huila, entre le Massif colombien et l’embouchure du fleuve Páez dans le Magdalena. Il est prévu que la retenue de El Quimbo couvrira une surface de 8.560 hectares et s’étendra sur 5 km, faisant disparaître le fleuve et la jolie vallée où l’agriculture, la faune et la pêche sont riches, et privant la population d’un moyen de transport nécessaire. Il s’agit d’un territoire d’une grande richesse archéologique, culturelle, sociale et historique. Pour le projet hydroélectrique, 7.500 hectares ont été prélevés sur la Réserve forestière de l’Amazonie.

La multinationale italo-espagnole effectue un investissement de 700 millions de dollars. Le gouvernement colombien a donné à la multinationale des facilités extraordinaires pour faire et défaire. Résultat : déplacement et pertes d’emplois. Seuls s’enrichissent les propriétaires de la multinationale (en 2011, un bénéfice net de 372,7 millions de dollars), un secteur de l’oligarchie colombienne et les fonctionnaires qui ont délivré des licences environnementales entachées d’irrégularités. Aucun profit n’ira aux habitants de la région ni au peuple espagnol qui se débat dans la crise la plus profonde, laquelle, comme toujours, sera payée par ceux d’en bas. Pendant ce temps, les multinationales poursuivent le pillage de territoires étrangers sans aucune forme de contrôle, détruisant l’environnement et dépouillant la population locale.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Investigaction

Lire aussi : La Colombie vit sous un régime de terreur

14 septembre 2019
Algues vertes en Bretagne : 4 points pour comprendre le problème
Info
16 septembre 2019
La réforme Blanquer à l’assaut des langues régionales
Info
14 septembre 2019
Véganes et paysans (presque) unis contre l’élevage industriel
Enquête