En Inde, les paysans de la marche non-violente ont gagné

Durée de lecture : 3 minutes

13 octobre 2012 / Ekta Parishad

Quelques jours après le début de la marche de cent mille paysans vers Delhi, le gouvernement indien s’est engagé à une réforme agraire majeure


Le 11 octobre 2012 est une date à marquer d’une pierre blanche dans l’histoire des droits à la terre en Inde.
L’accord auquel les représentants de Jan Satyagraha et le gouvernement indien sont parvenus devrait bénéficier aux populations les plus défavorisées de ce pays, adivasis (autochtones), dalits (“intouchables”) et bien d’autres groupes marginalisés.

Le Ministre du Développement rural, M. Jairam Ramesh, a remis un accord signé et a assuré ses interlocuteurs d’un engagement personnel fort dans la mise en application de la feuille de route et des changements institutionnels annoncés.

Les milliers de marcheurs de Jan Satyagraha se sont rassemblés dans l’expectative sous une grande tente sur la Place COD Ground à Agra. Après une introduction musicale par Ekta Kala Manch – branche
culturelle d’Ekta Parishad –, Ramesh Sharma, l’un des
négociateurs essentiels de l’équipe de Jan Satyagraha a
parlé du 11 octobre comme “d’un jour historique dans
une cité historique”
.

Pendant que Amitabh Beher, un autre des négociateurs de l’équipe, lisait les 10 points de l’accord signé en faveur des démunis et des sans-terre,
des copies de l’accord étaient distribuées à tous les marcheurs.

Les deux points majeurs de l’accord sont les suivants :

- l’établissement de l’ébauche d’une politique nationale de réformes agraires dans les 6 prochains mois, qui devrait être finalisée dans la foulée ;

- l’adoption d’une provision légale pour fournir des terres arables aux sans-terre et des terres habitables aux sans-abri.

L’accord fait aussi mention de mécanismes et de recommandations pour s’assurer de la mise en application de ces nouvelles politiques, comme les tribunaux de procédure accélérée, pour résoudre les innombrables
procédures en cours, ou la mise en place d’un groupe de travail sur les réformes agraires mené par le Ministre du Développement rural et comprenant aussi des organisations de la société civile, groupe chargé
de la mise en application des points de l’accord.

Ce groupe de travail se réunira pour la première fois le 17
octobre à Delhi.

P.V. Rajagopal, leader d’Ekta Parishad et de Jan Satyagraha, a évoqué la lutte qui avait commencé avec la première grande marche, Janadesh, il y a 5 ans.

Il a parlé de son vécu de l’année passée avec la Samwad Yatra, pendant laquelle il a sillonné le pays et fait l’expérience, en personne, de tant de réalités miséreuses de tant de groupes marginalisés en Inde.
Il les a appelés “les invisibles”, la plupart d’entre eux n’ayant accès à aucun droit, car ils n’ont pas de papiers pour être identifiés et ne peuvent donc avoir aucune revendication.

Lorsqu’on lui a demandé d’où venait la force de cette lutte, il a affirmé que c’était la force des démunis qui avaient réussi à transformer leur faiblesse en force. Ce qui s’est passé aujourd’hui, a-t-il ajouté, devrait
arriver dans l’ensemble du pays, une lutte non-violente qui mène à la victoire.

Il a prévenu, à toutes fins utiles, que si les étapes de la feuille de route n’étaient pas complétées dans les 6 mois, le gouvernement pouvait être assuré de la venue des 100 000 marcheurs d’Agra à Delhi pour compléter la marche.

Lors de son discours, le Ministre du Développement Rural, M. Jairam Ramesh, s’est engagé personnellement à faire tout ce qui était en son pouvoir pour suivre la feuille de route des réformes agraires.
Il a encouragé les organisations de la société civile à continuer à faire pression sur les gouvernements, surtout sur les gouvernements d’Etats puisqu’ils possèdent les prérogatives concernant les questions
foncières, afin de s’assurer de la mise en application effective des recommandations inclues dans l’accord.

Il a laissé entendre que s’il était avéré que la feuille de route n’était pas suivie, et que les progrès espérés ne se réalisaient pas dans les 6 mois, alors il serait juste de reprendre Jan Satyagraha.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Ekta Parishad

Photo : à gauche, Rajagopal, leader de la marche, à droite, Ramesh, le ministre indien du développement rural, Jairam Ramesh. The Economic times

Lire aussi : Les sans terre indiens ont pris la route

20 septembre 2019
Philippe Martinez : « Avec les écologistes, on se parle ; ce n’était pas le cas avant »
Entretien
21 septembre 2019
Avec le sommet de l’ONU sur le climat, Antonio Guterres veut secouer les États
Info
19 septembre 2019
Week-end féministe à Bure : « Le nucléaire est un monstre du patriarcat »
Entretien




Du même auteur       Ekta Parishad