En Russie, la Société générale soutient le projet de deux réacteurs nucléaires dangereux

Durée de lecture : 3 minutes

6 mars 2013 / Les Amis de la Terre


Un projet de deux centrales nucléaires a été annoncé en 2008 dans l’enclave russe de Kaliningrad qui donne sur la mer Baltique, à 10 kilomètres de la frontière avec la Lituanie.

Les Amis de la Terre France, Banktrack et de nombreuses organisations de la société civile s’opposent au projet pour de nombreuses raisons :

APPROVISIONNEMENT ÉNERGÉTIQUE DE LAGION

Les écologistes locaux ont révélé en 2009 un rapport confidentiel de l’industrie nucléaire qui suggérait que l’électricité soit exportée dans les pays voisins et qu’une infrastructure chère soit construite à cette fin, pour un coût total proche de 10 milliards d’euros. Selon les échos de la presse locale, la région n’aurait pas besoin d’énergie supplémentaire car d’autres constructions sont déjà en cours pour répondre à la hausse de la demande énergétique envisagée. Le projet est en fait destiné à pénétrer le marché européen de l’électricité.

OPPOSITION DE LA POPULATION LOCALE AU PROJET

Opinion publique locale opposée au projet depuis son annonce en 2007. 67 % d’opposition d’après un sondage réalisé en 2007 auprès des résidents locaux.

Le parlement local a empêché les écolos locaux d’organiser un référendum local sur le projet à quatre reprises.

OPPOSITION DES PAYS VOISINS AU PROJET

Les pays voisins sont aussi opposés au projet. La Lituanie a beaucoup critiqué le projet et promet de passer une loi européenne empêchant d’importer de l’électricité de Kaliningrad dans l’UE. Les lituaniens ont voté à une forte majorité contre le nucléaire lors d’un référendum en 2012. Aucun de ces pays n’a besoin de cette électricité.

ETUDE D’IMPACT ENVIRONNEMENTALECLÉE

L’EIE présentée en 2009 présentait de fausses informations, d’autres exigées par la loi
russe étaient manquantes. L’EIE ne traite pas de potentielles alternatives, ne parle pas du démantèlement, de l’analyse de l’impact d’un accident nucléaire. L’EIE ne respecte donc pas la loi russe. Manque de respect des normes démocratiques pour ce type de projet avec 200 citoyens locaux qui furent empêchés de participer aux auditions des EIE par les organisateurs et Rosatom à Oblast. Proximité avec le parc national de Rambyno à 10 km de là.

D’autant plus que ce type de réacteur VVER 1200 est nouveau et n’a encore jamais été utilisé ni vérifié par des régulateurs indépendants dans l’UE.

LA NAPPE PHRÉATIQUE EST TRÈS PROCHE de la surface à l’endroit où est prévue la centrale et les recherches géologiques n’ont pas été faites correctement.

RISQUES ÉLEVÉS DE CORRUPTION sur ce type de projet selon Transparency
International, et donc d’utilisation de matériaux de construction moins chers comme sur une autre centrale russe récente.

RISQUES D’ACCIDENT NUCLÉAIRE, et problème de la gestion des déchets
nucléaires qu’il est prévu d’envoyer en Sibérie… dans une installation qui n’existe pas encore et qui n’est pas prévue d’être construite officiellement !

IMPACTGATIF SUR L’ÉCONOMIE LOCALE BASÉE SUR L’AGRICULTURE

De plus, ce projet nucléaire a entrainé l’abandon d’un projet éolien sur la côte de la mer Baltique dans la région et d’autres recherches du potentiel de renouvelables.

La Société Générale est impliquée dans le projet comme agent responsable du développement d’une transaction bancaire depuis 2011 pour attirer des investisseurs étrangers.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Courriel à Reporterre des Amis de la Terre

Lire aussi : Le marché international du nucléaire périclite

8 janvier 2020
Aux municipales, les citoyens se lancent à l’assaut des mairies
Enquête
28 janvier 2020
En Islande, chronique d’un village bouleversé par une éruption volcanique
À découvrir
27 janvier 2020
Rallye Monte-Carlo : une course automobile absurde à l’heure du changement climatique
Reportage




Du même auteur       Les Amis de la Terre