En avant pour la décroissance... des avions et de l’aéronautique

Durée de lecture : 1 minute

13 juin 2020 / Sébastien Porte



« Le dernier avion — Comment le trafic aérien détruit-il notre environnement ? », de Sébastien Porte, nous donne des pistes politiques (fermer les liaisons intérieures, rétablir les trains de nuit, etc.) et individuelles pour entamer une décroissance aéronautique.

  • Présentation du livre par son éditeur :

Avec quatre milliards de passagers chaque année, l’avion n’est plus seulement le symbole de la modernité triomphante, il est aussi et surtout celui des outrages portés au climat et à l’environnement. Les gaz à effet de serre qu’il dégage dans l’atmosphère contribuent au dérèglement climatique, et la masse de touristes qu’il déverse aux quatre coins du monde abîme les milieux et les paysages. Comment imaginer que, comme le prévoit l’industrie aéronautique, le nombre d’appareils en circulation double et que le nombre de passagers quadruple d’ici à 2050 ?

La crise sanitaire liée au coronavirus a provoqué la mise à l’arrêt du trafic aérien. Nous devons nous saisir, nous dit l’auteur, de ce moment historique pour nous interroger sur les effets de la frénésie touristique, du culte de la vitesse et de nos envies de « tout voir ».

Tout en débusquant les pratiques de greenwashing du secteur de l’aviation et les fausses bonnes solutions (biocarburant, avion électrique), ce livre nous donne des pistes politiques (fermer les liaisons intérieures, rétablir les trains de nuit, en finir avec l’ultra-low cost) et individuelles pour entamer une décroissance aéronautique. Il ne s’agit pas de renoncer aux voyages et au plaisir de découvrir le monde, mais plutôt d’apprendre à voyager mieux.

  • Le dernier avion — Comment le trafic aérien détruit-il notre environnement ?, de Sébastien Porte, Tana Éditions, 11 juin 2020, 256 p.



3 juillet 2020
Réduire le temps de travail, une nécessité écologique
Tribune
2 juillet 2020
Municipales : pas de « vague verte », mais des gouttes d’eau sur des pierres brûlantes
Chronique
2 juillet 2020
Au Kosovo, Serbes et Albanais luttent ensemble pour protéger leurs rivières
Reportage