Energie des vagues : une percée au Japon

2 avril 2012 / Green et vert

Une société d’ingénierie japonaise prépare pour 2015 2015 des petites centrales exploitant l’énergie des vagues. L’innovation ? L’utilisation du phénomène de la précession gyroscopique.


Hitachi Zosen Corporation compte mettre son invention sur le marché à l’horizon 2015. Il s’agira de petites centrales électriques pouvant fournir [une puissance de] 100 kW [kiloWatt] ou 200 kW selon les besoins. La société estime qu’elle pourra écouler environ 400 de ses “centrales houlomotrices” d’ici 2020.

Le principe de fonctionnement et les prototypes sont déjà là. D’ici 2015, Hitachi Zozen va se concentrer sur l’amélioration des rendements et la baisse du coût de fabrication de son engin. La mini centrale dérive des recherches du professeur Hiroshi Kanki de l’université de Kobe. La génération d’électricité est basée sur le principe de la précession gyroscopique. La force issue des vagues appliquée sur un gyroscope dont le plateau tourne autour d’un axe horizontal, fait changer graduellement l’angle de rotation. Puis elle transmet un couple qui active un système de production d’énergie.

Un système plus compact

C’est un changement de paradigme pour les recherches sur l’exploitation de l’énergie des vagues. Les systèmes actuellement à l’étude exploitent en général le mouvement vertical de la houle, grâce à des ballons déplacés par des vagues dans une structure en béton. Problème de cette approche, elle demande des équipements énormes pour une puissance limitée. Le système gyroscopique permettrait, selon ses créateurs, de produire de l’électricité avec un équipement plus compact.

Hitachi Zozen vise, en dehors du Japon, les régions telles que l’Asie du sud est, l’Australie, et certains pays d’Europe. Des pays que des vagues d’au moins 1,5 mètres arrosent presque en permanence les côtes.




Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, mais nos revenus ne sont pourtant pas assurés.

Contrairement à une majorité de médias, nous n’affichons aucune publicité, et laissons tous nos articles en libre accès, afin qu’ils restent consultables par tous. Reporterre dépend en grande majorité des dons de ses lecteurs. Le journal, indépendant et à but non lucratif, compte une équipe de journalistes professionnels rémunérés, nécessaire à la production quotidienne d’un contenu de qualité. Nous le faisons car nous croyons que notre point de vue, celui de l’environnement et de l’écologie, compte — car il est aussi peut-être le vôtre.

Notre société a besoin d’un média qui traite des problématiques environnementales de façon objective, libre et indépendante, en restant accessible au plus grand nombre ; soutenir Reporterre est ma manière de contribuer à cette démarche. » Renan G.

Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre



Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Source et photo : Greenetvert

22 janvier 2019
On peut renverser le capitalisme sans modèle pour la suite
Tribune
20 décembre 2018
Fabriquer ses cadeaux de Noël en cinq leçons
Alternative
21 janvier 2019
Déchets nucléaires : l’Andra paye des médias pour orienter l’opinion en faveur de Cigéo
Enquête


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre



Du même auteur       Green et vert