« Enfin des bonnes nouvelles », un vent décapant d’idées neuves

23 décembre 2016 / Vincent Glenn



  • Présentation du film par son producteur :

Imaginez que, en s’appuyant sur les nouvelles technologies, les citoyens aient accès à une information claire sur les entreprises, que les modes de consommation en soient totalement bouleversés, que McDonald’s soit contraint de passer au bio pour sauver les meubles ou encore que Google aille au-devant des États pour payer dûment ses impôts…

Enfin des bonnes nouvelles est peut-être le premier film de « science économique fiction » !

Il souffle sur ce long-métrage hors-normes, un vent d’idées neuves qui transcendent les clivages traditionnels. En sortant des projections, la majorité des spectateurs se demande pourquoi ces idées n’ont pas déjà été mises en œuvre et comment elles pourraient l’être.

« Des projets sont en préparation pour que le film de Vincent Glenn passe vite de la fiction à la réalité », écrit ainsi Patrick Viveret, philosophe et altermondialiste, ancien conseiller référendaire à la Cour des comptes.

Enfin des bonnes nouvelles est le premier long-métrage de fiction de Vincent Glenn. Surtout connu comme réalisateur de documentaires — Davos Porto Alegre et autres batailles, Pas assez de volume (notes sur l’OMC), Indices - il a récemment coécrit avec Christophe Alévêque On marche sur la dette (éditions La Martinière, 2015), ouvrage décapant d’investigation et de vulgarisation, qui a connu un beau succès et vient d’être édité en format poche.


  • Enfin des bonnes nouvelles, un film de Vincent Glenn, avec Dan Herzberg, Nicolas Le Quang, Julie de Bona, 2016, 1 h 30.

Source : Enfin des bonnes nouvelles




Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Lire aussi : Demain, Un nouveau monde en marche
18 janvier 2017
Dans les Hautes-Alpes, le chantier de la ligne à très haute tension saccage l’environnement
Reportage
19 janvier 2017
Pour l’oligarchie réunie à Davos, les événements climatiques sont le premier risque mondial
Info
18 janvier 2017
Nucléaire : à 19 h, on les allume !
Tribune


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre