Enfin, grâce à la technoscience, nous allons être heureux !

23 février 2016 / Philippe Chambon et Wozniak



Chaque jour, mille nouveautés surgissent. Combien de chercheurs en France ? Quatre cent mille. Combien dans le monde ? Dans les huit millions. Ils cherchent, ils cherchent. Et ils trouvent. Nanotechnologies, biotechnologies, informatique, sciences cognitives : leurs trouvailles sont déjà fabuleuses. Et ils nous promettent plus fabuleux encore.

Ils nous promettent des découvertes qui vont révolutionner nos vies. Un monde meilleur. Le meilleur des mondes. Qu’ils soient au service de start-up ou de multinationales surpuissantes, ils ne veulent que notre bien. Notre bonheur. Notre épanouissement. Enfin, grâce à la technoscience, nous allons être heureux ! Heureux, car plus performants. Nous serons des « hommes augmentés » de multiples prothèses, d’interfaces cerveau/ordinateur, bardés de toutes sortes de capteurs.

Nous pourrons accéder à l’immortalité. Le monde sera intégralement connecté. Le climat sera finement régulé. L’énergie sera inépuisable, le travail effectué par des robots. Nous coloniserons Mars. Les hommes porteront des bébés. Un ascenseur spatial nous emmènera dans les étoiles. Nos frigos passeront leurs commandes au supermarché du coin.

En cinquante courts chapitres, ce livre nous présente les découvertes les plus étonnantes et les promesses les plus grandioses. Et le monde vers lequel elles nous entraînent à grande vitesse, cauchemardesque  ? Mais non, voyons ! Le paradis sur Terre…


- Vive le meilleur des mondes, technologique, robotisé de Philippe Chambon et Wozniak, Hoëbeke, 192 p., 18 €.

Source : Hoëbeke




Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Lire aussi : Castoriadis, philosophe de l’autonomie et précurseur de la décroissance
16 janvier 2018
312 défenseurs de l’environnement et des droits humains ont été assassinés en 2017
Info
22 janvier 2018
Les travailleurs du métro menacés par la pollution de l’air souterrain
Enquête
22 janvier 2018
À Fessenheim, le secrétaire d’État Sébastien Lecornu est venu préparer l’après-centrale
Reportage


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre