Enorme incendie de gaz de schiste… Chevron s’excuse avec une pizza !

Durée de lecture : 3 minutes

18 février 2014 / Sylvain Lapoix (Reporterre)

Depuis l’explosion de deux de ses puits de gaz de schiste en Pennsylvanie, la société Chevron n’a donné aucune explication aux riverains. Pour toute excuse, elle a envoyé au bout d’une semaine d’incendie une lettre sans explication... accompagnée d’un bon d’achat pour une pizza !


Un puits de gaz de schiste a flambé toute la semaine dernière à Dunkard, dans les collines entre Pennsylvanie et Virginie. Mystère de la presse : cette nouvelle étonnante n’a pas quasiment pas percé en-dehors des journaux locaux. Le feu a pris mardi 11 février après une explosion inexpliquée. Un salarié a été blessé et un autre, pour le moment porté disparu, est présumé mort des suites de cet incident. Le feu a pris à un puits foré en mars 2012 par la compagnie Chevron, puits qui n’était pas encore entré en production. Il s’est communiqué le 14 février à un puits voisin. Des experts sont venus de Houston, capitale pétrolière du Texas. Le feu a finalement pu être éteint samedi après-midi 17 février.

« Un employé de Chevron est passé à notre domicile pendant notre absence et a déposé un bon d’achat pour une pizza »

Mais le bruit de moteur d’avion des gaz de schiste embrasant le forage Lancoe LH7, qu’on a entendu en permanence durant toute la semaine, continue d’assourdir Jason Santucci à un kilomètre et demi de là. Heureusement pour cet habitant du paisible village de Dunkard Township, en Pennsylvanie, l’entreprise Chevron, propriétaire des puits incendiés, a eu une douce attention pour lui. En réponse à la colonne de flammes, la société Chevron n’a apporté aucune information aux riverains, une semaine durant, que ce soit sur l’incendie ou les mesures de contingentement. Mais la compagnie a déposé une lettre et un bon d’achat au domicile de Jason Santucci, ainsi qu’à une poignée de ses voisins riverains des forages. « Un employé de Chevron est passé à notre domicile pendant notre absence et a déposé un bon d’achat pour une pizza », raconte Jason Santucci joint au téléphone par Reporterre. Voici ce que dit la lettre :

« Cher voisin,
Nous sommes désolé de ne pas avoir été plus prévenant à votre égard. Nous souhaitions vous tenir informé des derniers éléments sur l’incident du 11 février qui s’est déroulé sur la plate-forme de forage Chevron Appalachia Lancoe 7H dans la commune de Dunkard et savoir si vous aviez des questions ou inquiétudes auxquelles nous pourrions répondre.

Chevron reconnaît l’effet que cela a peu avoir sur votre communauté. Il est important pour nous d’être un membre responsable de cette communauté et nous continuerons de nous efforcer de mener des opérations sans incident. Nous nous engageons à nous mobiliser pour protéger nos voisin, nos employés, nos sous-traitants et notre environnement. »

Joint à la missive laconique, un bon pour une « grande pizza et une boisson de deux litres » valables jusqu’au 1er mai 2014 à Bobtown Pizza, à quelques kilomètres au nord de Dunkard.

Contacté au téléphone par Reporterre, le restaurant confirme avoir émis un certain nombre de bons de ce type au nom du pétrolier. « Quelqu’un est même venu hier soir pour en utiliser un, a précisé un employé. Les salariés de Chevron sont des clients réguliers, leur site n’est pas loin, alors nous les connaissons. »

Un incident de plus lié aux gaz de schiste

- Photo prise par Jason Santucci à moins d’un kilomètre du site de l’incendie, le lendemain de l’explosion -

Depuis une semaine, la circulation dans le canton rural de Greene s’écoule au rythme des camions de pompage. Chevron a fait appel à la société Wild Well Control, spécialisée dans ce type d’incendie, pour dégager le site du matériel et contenir le feu. Une exercice périlleux, qui englouti l’eau par citernes, laquelle est tirée du Dunkard Creek.

Evoqué dans le documentaire Gasland, ce cours d’eau avait vu en 2009 ses rives couvertes de cadavres de poissons sur des kilomètres. Une hécatombe dans laquelle le biologiste en chef de l’Agence de protection de l’environnement (EPA) avait vu la signature chimique des effluents de forage qu’un producteur de gaz de schiste avait rejeté dans un ancien puits de mine.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Reporterre.

Photos :
. incendie : Postgazette.com
. lettre et photo incendie : Reporterre.

Consulter par ailleurs : Dossier Gaz de schiste.


Pour une information libre sur l’écologie, soutenez Reporterre :

. lettre Chevron : Sylvain Lapoix pour Reporterre.

13 novembre 2019
Angélique Huguin : « Je continue de lutter parce que c’est une manière de rester debout »
13 novembre 2019
En Alsace, le village de Muttersholtz montre la voie de l’écologie
13 novembre 2019
EN VIDÉO - Contre le déclin des oiseaux, les naturalistes misent sur le baguage




Du même auteur       Sylvain Lapoix (Reporterre)