Et la friche urbaine devint jardin partagé...

Durée de lecture : 2 minutes

1er juillet 2014 / Quartiers en Transition

Dans le 18e arrondissement de Paris, une friche coincée entre deux immeubles sert de dépotoir depuis vingt-cinq ans. Une action a été menée pour l’investir, avec le rêve d’en faire un lieu par et pour les habitants du quartier.


Un dentier, une guitare, des compteurs électriques, des pièces de monnaies de Nouvelle-Calédonie, des bouteilles aux contenus de toutes sortes, deux matelas…. Reflet de notre société de consommation et du tout jetable, la biodiversité de la friche urbaine du 71 rue Philippe de Girard dans le 18e était assez loin de celle que l’on pouvait imaginer dans pareil lieu…

Depuis plus de 25 ans, cet interstice aux belles proportions – un peu moins de 200m² – fait partie de la vie quotidienne du quartier et des riverains. Transformé en mini dépotoir par certains ou rêvé en futur jardin partagé par d’autres, il semble surtout aujourd’hui dans le viseur de la Ville de Paris pour laisser sa place à un… immeuble !

- La friche avant... -

Paris, une des villes les plus denses du monde et qui compte moins de 5 m² d’espaces verts par habitants contre 26 m² pour Berlin par exemple (l’OMS elle, situe le besoin d’espaces verts en milieu urbain à 12 m²/habitants) continue ainsi à marche forcée, à imposer la minéralisation de son territoire.

« Vous faites quoi Monsieur ? Un parc ? »

Voilà qui ne va pas de soi pour le collectif de citoyens qui a investi dimanche 22 juin la petite friche. En quelques heures, et après avoir sorti trois gros sacs de chantier remplis d’ordures, cet espace a changé de visage. Sous l’effet des sécateurs et autres scies maniés par les guérilleros jardiniers pour se frayer un passage entre les ailantes et les buddleia, le fameux « arbre à papillons », un petit jardin à pris vie, ouvrant une fenêtre de nature sur le quartier.

- ... et après... -

Au soir de cette action, nombreux étaient les riverains qui semblaient pour la première fois remarquer ce lieu. Chacun y allant de son commentaire sur les incivilités en découvrant les détritus évacués mais surtout, tous se réjouissant de découvrir un espace naturel dans leur quartier surdensifié.

Pour ces trois jeunes enfants qui passent en planche à roulettes, la cause est entendue : « Vous faites quoi Monsieur, un parc ? On peut y aller ? ». A voir les étoiles dans leurs yeux, on se dit que ces trois-là imaginent déjà en faire leur futur terrain de jeu.

Les rêves et les envies des uns et des autres, c’est bien ce qu’espère susciter le collectif qui est passé à l’action ce dimanche.

Une affiche (ci-dessus) sera bientôt collée autour du 71 rue Philippe de Girard et dans tout le quartier avec une question : Quelle avenir pour la friche, jardin collectif ou public, espace de biodiversité, café associatif, habitat groupé… ?

D’ores et déjà, un mail a été créé, 71phdg@gmail.com, l’occasion de donner son avis avec une consultation citoyenne en forme de pétition grandeur nature… pour se réapproprier l’espace public !


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source et photos : Quartiers en Transition

Lire aussi : A Lille, un jardin partagé par et pour les habitants

23 septembre 2019
À Bure, l’écoféminisme renouvelle la lutte antinucléaire
Reportage
23 septembre 2019
« Comment osez-vous ? » À l’ONU, Greta Thunberg fustige les politiques
Brèves
23 septembre 2019
Sous les lacrymogènes, la convergence entre mouvement climat et Gilets jaunes s’est opérée
Reportage




Du même auteur       Quartiers en Transition