Le quotidien du climat
OBJECTIF :
70 000 €
65930 € COLLECTÉS
94 %
Je fais un don

Et si l’on changeait DE monde plutôt que le monde ?

28 mai 2018 / Arturo Escobar

Dans « Sentir-penser avec la Terre », Arturo Escobar explique que la partition nature/culture, au cœur de la vision occidentale du monde, nous empêche de nous vivre comme une partie de celui-ci et nous conduit à le détruire. Dès lors, le projet émancipateur ne saurait se limiter à « changer le monde », mais à changer de monde.

  • Présentation du livre par son éditeur :

Les avancées récentes de l’anthropologie l’ont amplement démontré : la partition nature/culture qui fonde l’ontologie moderne occidentale et qui s’est imposée partout n’est pas la seule façon d’être au monde, encore moins la forme ultime de la civilisation. Un tel dualisme, qui sépare corps et esprit, émotion et raison, sauvage et civilisé, acteur et chercheur, humains et autres qu’humains, nous empêche de nous vivre comme partie du monde et nous conduit à le détruire. Dès lors, le projet émancipateur ne saurait se limiter à « changer le monde ». Il s’agit aujourd’hui de changer de monde.

Des mouvements indigènes du Sud aux « zones à défendre » (Zad) du Nord, les conflits politiques renvoient à des visions divergentes quant à la composition du monde et aux façons d’en prendre soin. Autrement dit, à un conflit ontologique. Comment, à l’heure de la crise écologique et face à l’échec de la mondialisation, penser cette dimension ontologique de la politique ? Comment engager notre transition, en dialogue avec luttes des peuples non-occidentaux et les cosmologies non-modernes, pour habiter en conscience le plurivers, ce monde des mondes qu’est notre planète ?

Arturo Escobar, d’origine colombienne, est professeur d’anthropologie à l’université de North Carolina, aux États-Unis. Il est mondialement connu pour sa critique du développement et d’une domination occidentale responsable de l’appauvrissement des mondes (Encountering development, 1996 ; World Anthropologies, 2006).

Texte adapté avec la collaboration de l’auteur, préfacé et traduit par Roberto Andrade Pérez, Anne-Laure Bonvalot, Ella Bordai, Claude Bourguignon et Philippe Colin (collectif l’Atelier La Minga), avec l’appui du Réseau d’études décoloniales.

Postface par Anna Bednik, membre du collectif ALDEAH (Alternatives au développement extractiviste et anthropocentré) et auteure de Extractivisme. Exploitation industrielle de la nature (Le Passager clandestin, 2016).


  • Sentir-penser avec la Terre. L’écologie au-delà de l’Occident, de Arturo Escobar, éditions du Seuil, avril 2018, 240 p., 19 €.



Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Lire aussi : Dans les Zad, on apprend à penser « par-delà nature et culture »
14 décembre 2018
Dans la Drôme, un havre réservé à la vie sauvage
Reportage
14 décembre 2018
COP24 : la négociation finale s’annonce difficile et décevante
Reportage
14 décembre 2018
Édito des lecteurs de Reporterre : presque tous comprennent les Gilets jaunes
Édito des lecteurs


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre