Eviter la catastrophe ? Non. S’adapter, disent-ils !

Durée de lecture : 1 minute

10 mai 2016



Nous sommes entrés dans l’ère de l’adaptation.

Dès les années 1970, certains plaidaient déjà pour une « adaptation » des sociétés aux changements climatiques plutôt que pour de coûteuses réductions d’émissions de gaz à effet de serre. Aujourd’hui, derrière la façade des sommets environnementaux, la réalité est celle d’un climat et d’écosystèmes qui se dérèglent, préparant une régression des conditions d’habitation humaine de la Terre.

Sociétés, territoires, individus sont désormais sommés de « s’adapter » à ces transformations inexorables. L’auteur nous fait comprendre comment, au lieu de contribuer à la solidarité et à la sécurité sociale et de résister aux conséquences de ces changements, le capitalisme utilise le choc climatique pour étendre le pouvoir du marché au nom de l’adaptation.

La catastrophe : un nouveau business ?

Romain Felli (né en 1981) enseigne à l’Institut des sciences de l’environnement de l’université de Genève. Géographe et politiste, ses travaux portent sur l’histoire des idées politiques et la gouvernance globale de l’environnement.

- La grande adaptation, Romain Felli, éd. du Seuil, 240 p., 18 €.

- Source et infos : Ed. du Seuil





Lire aussi : Pourquoi faut-il penser l’adaptation au changement climatique à l’échelle des paysages ?
30 mai 2020
Le plastique est relancé par le coronavirus — au détriment de l’environnement
Enquête
2 juin 2020
Dans les Balkans, bergers et biologistes s’unissent pour sauver les derniers vautours
Reportage
2 juin 2020
Au sein des foyers, les tâches écologiques retombent sur les femmes
Info