Face aux machines, la reconquête de nos vies

Durée de lecture : 1 minute

11 février 2019 / Karine Mauvilly

Face à un projet de société numérique bien peu humaniste, Karine Mauvilly, dans « Cyberminimalisme », promeut la reprise de contrôle de nos vies, tantôt par l’évitement numérique, tantôt par la maîtrise informatique.

  • Présentation du livre par son éditeur :

Nous ne sommes pas condamnés à crouler sous les datas et à obéir à des logiciels.

La vie numérisée qui s’impose de plus en plus à nous porte gravement atteinte à l’environnement ; des multinationales high-tech pratiquent le vol de données et la captation d’attention ; nos capacités naturelles d’orientation, de mémoire ou d’empathie sont affectées. Face à ce projet de société numérique peu humaniste, le cyberminimalisme propose une reconquête de notre pouvoir de décision en tant qu’humains et citoyens face aux machines.

Au travail, en famille, entre amis, pour nos loisirs ou dans le choix de nos équipements, l’auteure préconise un mode de vie moins numérisé. Le cyberminimalisme n’est pas la cyberabstinence, c’est une reprise de contrôle, tantôt par l’évitement numérique, tantôt par la maîtrise informatique. Préparez-vous à acheter du numérique d’occasion, à adopter des logiciels libres, à profiter de la vie sans poster sur les réseaux sociaux, à agrandir votre zone non numérique. Et comme la liberté se construit dès l’enfance : pas de téléphone portable avant 15 ans !

Karine Mauvilly est essayiste. Formée en droit et en sciences politiques, elle a été journaliste et enseignante. En 2016, elle a cosigné Le Désastre de l’école numérique. Plaidoyer pour une école sans écrans avec Philippe Bihouix (Seuil).


  • Cyberminimalisme. Face au tout-numérique, reconquérir du temps, de la liberté et du bien-être, de Karine Mauvilly, éditions du Seuil, février 2019, 240 p., 18 €.

14 novembre 2019
Une épicerie gratuite pour les étudiants qui ne mangent pas à leur faim
14 novembre 2019
Le mystère de la mort d’abeilles près d’un champ expérimental de Bayer-Monsanto
30 octobre 2019
Greenpeace cible Total à La Mède contre l’importation d’huile de palme