Festival de cinéma des foyers

29 mai 2014

Un festival de cinéma pour désenclaver les foyers africains, en Île-de-France, du 29 mai au 21 juin 2014 : “L’Afrique en mouvement” !

En partenariat avec Reporterre.


Du 29 mai au 21 juin 2014, sur le thème de “l’afrique en mouvement”, le cinéma mettra en lumière les initiatives et solidarités mal connues qui se créent ici et là et ouvrent de nouveaux horizons… avec un cinéma africain documentaire ou de fiction peu diffusé en France. Le sixième festival de cinéma des foyers sera parrainé par Habib Dembélé, dit « Guimba » auteur, metteur en scène et comédien malien.

Depuis six ans, le Festival de Cinéma des Foyers propose une programmation de films documentaires et de fiction, des débats, des concerts, un ciné-concert, un studio photo, des émissions de radio.

Résidents et bénévoles de l’association Attention Chantier ouvrent les portes de sept foyers de travailleurs migrants d’Île de France aux amateurs de cultures africaines ainsi qu’à tous les curieux et voisins.

Le septième art pour ouvrir les portes des foyers

« L’objectif du festival est de partager un moment convivial autour du cinéma et d’apprendre à mieux se connaître », explique Margaux Leduc, présidente de l’association. “ On a souvent des préjugés sur les foyers de migrants, mais les résidents ont aussi parfois tendance à rester entre eux… Devant les foyers on se croise mais on ne se regarde pas. Avec le festival, on ouvre grand les portes et les fenêtres !”

Wagui Coulibaly, président du comité de résidents du foyer Bisson, dans le XXe arrondissement, l’assure : « Ce festival permet aussi de mettre en avant notre combat pour de meilleures conditions de vie, ici comme dans notre pays d’origine. »

Un festival de cinéma pour engager la discussion, créer la rencontre des cultures pour mieux lutter contre les préjugés et faire lumière sur les foyers de travailleurs migrants. Chaque année le festival de cinéma des foyers accueille plus de 2500 visiteurs sur l’île-de-france.

La programmation est réalisée en collaboration avec les résidents des foyers.

Cette année, un prix sera décerné au meilleur court-métrage par un jury composé de jeunes des foyers et d’un réalisateur professionnel.

L’Île-de-France compte plus de trois cents foyers occupés par près de soixante mille résidents immigrés, qui vivent et travaillent pendant toute leur vie en France sans bénéficier des droits des locataires.

Le 6e festival de cinéma des foyers, du 29 mai au 21 juin 2014

[Le programme et plus d’informations sur www.attentionchantier.org]

Extraits de la programmation :

- Hamou Beya, pêcheurs de sable de Samouté André Diara, 22 h 00, au foyer Lorraine, vendredi 20 juin, Paris 19è, avec Reporterre. Au Mali, les Bozos sont réputés pour leur maîtrise de la pêche. Ils ont cette connexion avec les esprits des eaux que les autres communautés n’ont pas. Ils viennent à Bamako extraire le sable du fleuve pour répondre aux besoins immobiliers de plus en plus croissants. À travers Gala, le personnage principal du film, nous découvrons les enjeux socio-économiques et écologiques de cette activité, et l’incertitude en l’avenir due à la baisse du niveau du fleuve Niger.

- The African Cypher de Brian Little, vendredi 30 mai à 21h30, Quai de la grande bibliothèque sur la terrasse de la Péniche des Petits Bains, Paris 13e. La jeunesse désœuvrée d’Afrique du Sud trouve dans la danse hip-hop une alternative à la violence.

- Sans image de Fanny Douarche & Franck Rosier en présence des réalisateurs, samedi 31 mai, 17h, Foyer Chevaleret. Tandis que se multiplient les lois répressives contre les travailleurs clandestins, Matenin, ouvrier malien sans papiers, et deux compatriotes, Abdoulaye et Gaye, tentent d’élaborer leurs propres modes de résistance. Chaque semaine, ils se retrouvent à un atelier de création théâtrale conduit par Mayleh, metteuse en scène vénézuelienne.

La projection sera suivie d’un débat animé par la radio des Foyers, avec les réalisateurs, Habib Dembélé, les résidents des foyers et d’autres associations, sur le thème : « Comment les sans voix peuvent-ils mieux se faire entendre ? »

Bamako année 0 de Julien Fiorentino et Stanislas Duhau, vendredi 6 juin à 20h30 au foyer Pinel, 43 rue Pinel, Saint-Denis (93). En 2012, les habitants de Bamako expriment leur inquiétude face à la prise de pouvoir par les militaires et à la sécession islamiste du nord du pays.

On a grévé de Denis Gheerbrant, samedi 7 juin à 17h au foyer Saint-Just, 15 rue Saint-Just, Paris 17e. Une quinzaine de femmes de chambres d’un hôtel de région parisienne engagent un bras de fer avec la direction du groupe qui les emploie. La projection sera suivie d’un débat avec le réalisateur, le collectif de sans papiers du 17e, et des représentants syndicaux.

Soleils de Olivier Delahaye et Dani Kouyaté, samedi 14 juin à 22h au foyer Allemane à Rosny-sous-Bois. Un vieil homme est chargé de guérir une jeune fille frappée d’amnésie. Il l’emmène dans un voyage curatif, excentrique et joyeux, qui les conduit jusqu’à Ouagadougou en passant par Le Cap, Berlin, le Mali et la Belgique.

Boy Saloum de Audrey Gallet, samedi 21 juin à 17h au foyer Bisson, 15 rue Bisson, Paris 20e. Deux jeunes rappeurs sénégalais montent un mouvement citoyen pour faire échec à la réélection d’Abdoulaye Wade en 2011. La projection sera suivie d’un débat animé par la radio des Foyers, avec la réalisatrice et des musiciens, sur le thème : « Quel rôle les musiciens engagés peuvent ils jouer dans les combats politiques en Afrique ? »




Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Source : Attention chantier.

Première mise en ligne sur Reporterre le 22 mai 2014.

Reporterre est partenaire du Festival des Foyers, et participera à la soirée autour du film Hamou Beya, pêcheurs de sable, le 20 juin.

Voir par ailleurs Les événements de Reporterre


23 avril 2019
Dans la Creuse, une rivière renaît après des années de pollution
À découvrir
23 avril 2019
Rénovation énergétique des bâtiments : l’inquiétant retard français
Tribune
24 avril 2019
Le cheval de trait est de retour dans les villes bretonnes
Alternative


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre