France Bleu Loire Océan : des journalistes dénoncent une publicité pro-aéroport Notre Dame des Landes

Durée de lecture : 3 minutes

24 février 2013 / AFP




Image : l’affiche de la campagne de promotion en faveur de l’aéroport

Les journalistes de France Bleu Loire Océan ont adressé jeudi 21 février une lettre ouverte au président de Radio France, Jean-Luc Hees, pour protester contre une campagne de publicité sur leur antenne en faveur du projet d’aéroport controversé de Notre-Dame-des-Landes, a-t-on appris samedi de sources syndicales.

« Nous estimons qu’il (ndlr : le spot publicitaire) porte atteinte à notre travail et à notre crédibilité. Nous craignons d’en subir les conséquences sur le terrain », écrivent les journalistes qui ont obtenu le soutien de plusieurs syndicats nationaux de Radio France ainsi que des élus du CE Radio France Grand Ouest.

« Sur ce sujet polémique (...) nous ne cessons de respecter une stricte neutralité, en lien avec les valeurs du service public de l’audiovisuel », poursuivent les journalistes.

« Nous ne comprenons pas comment (...) la direction de Radio France peut cautionner la diffusion de cette campagne promotionnelle, sauf à considérer qu’elle vaut plus que notre travail », écrivent-ils encore.

Dans sa réponse faite jeudi soir, et dont l’AFP a obtenu une copie, le président de Radio France invoque des « règles très strictes concernant notamment la notion de ’refus de vente’ ».

Tout en comprenant, dit-il, « les difficultés, et c’est un euphémisme, que ce message pourrait entraîner dans votre travail quotidien », Jean-Luc Hees écrit que « le cahier des missions et des charges de Radio France est sur ce plan explicite et notre régie (publicitaire) n’est habilitée à refuser l’ouverture de ses antennes à un client que dans des circonstances très précises ».

Evoquant « une question de principe, voire de déontologie », le président du groupe Radio France s’interroge : « Les journalistes sont-ils légitimes à refuser ou accepter un message publicitaire sur leur antenne, sauf bien entendu à ce que le contenu dudit message soit expressément mensonger, tendancieux, insultant envers un individu (...) ? »

Cette campagne de publicité a été lancée jusqu’à fin février par le syndicat mixte aéroportuaire pour convaincre le grand public de la pertinence du projet contesté du futur aéroport de Notre-Dame-des-Landes. Ce dernier vise à remplacer, à l’horizon 2017, l’actuel aéroport de Nantes Atlantique.
Ces derniers mois, les journalistes - tous medias confondus - ont souvent eu le plus grand mal à faire leur travail sur le site où ils ont été fréquemment pris à partie par des opposants au projet.

Le SNJ et la CGT de Radio France ont demandé l’annulation de la campagne publicitaire. Le SNJ souligne que « les journalistes de Radio France résistent chaque jour aux pressions économiques, politiques, idéologiques. Ils aimeraient bien que Radio France les aide ».

La CGT s’étonne que la vente d’un espace publicitaire de cette nature ait « pu être effectuée par Radio France sans même que la direction de la station concernée soit informée ou consultée ».

Quant aux élus du CE Radio France Grand Ouest, ils soulignent que « cette campagne risque d’avoir des conséquences graves sur la sécurité des personnels de cette station locale » et porte « atteinte à la crédibilité de la radio ».



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre



Source : AFP

Consulter par ailleurs : Dossier Notre Dame des Landes

14 avril 2020
La solidarité, vaccin et remède contre la pandémie
Tribune
28 mai 2020
Pour Air France, un plan d’aide peu écolo et non contraignant
Enquête
27 mai 2020
Non au retour à un État fort, misons sur le local et sur la société
Tribune