Gaz de schiste : des explorations ont déjà eu lieu en France

Durée de lecture : 2 minutes

14 février 2011 / Cécile Duflot

Des explorations de gaz de schiste ont déjà eu lieu en France, révèle le site Mediapart, qui souligne que Nathalie Kosciusko-Morizet n’en a pas fait état.


Contrairement à ce qu’avait laissé entendre Nathalie Kosciusko-Morizet ces derniers jours, il y a déjà eu des forages d’exploration de gaz de schiste en France. D’après un document de la DRIRE de Midi Pyrénées, deux forages ont été réalisés en 2007 (en Haute Garonne et en Ariège) dont l’un par fracturation hydraulique.

Ces dernières semaines, la ministre de l’écologie avait d’abord cherché à minimiser les risques sanitaires et environnementaux liés à cette technique d’extraction d’hydrocarbures « non conventionnelles », en assurant « qu’elle était réservée à la phase d’exploitation », ce qui est faux comme le montre le document de la DRIRE.

Le 10 février, à l’issue d’une rencontre avec les industriels détenteurs de permis, elle a pourtant annoncé « la suspension des travaux d’exploration des gaz de schiste et de fracturation hydraulique » en attendant les résultats de la mission d’information visant à « éclairer le gouvernement sur les enjeux économiques, sociaux et environnementaux des
(…) gaz et huiles de schiste »
, commandée en urgence début février.

Les révélations du site Mediapart

Contrairement à ce qu’avait laissé entendre Nathalie Kosciusko-Morizet ces derniers jours, il y a déjà eu des forages d’exploration de gaz de schiste en France. D’après un document de la DRIRE de Midi Pyrénées, deux forages ont été réalisés en 2007 (en Haute Garonne et en Ariège) dont l’un par fracturation hydraulique.

Ces dernières semaines, la ministre de l’écologie avait d’abord cherché à minimiser les risques sanitaires et environnementaux liés à cette technique d’extraction d’hydrocarbures « non conventionnelles », en assurant « qu’elle était réservée à la phase d’exploitation », ce qui est faux comme le montre le document de la DRIRE.

Les révélations du site Mediapart nous apprennent aujourd’hui que la ministre était bien au courant que des forages par fracturation hydraulique avaient déjà été réalisés, technique qu’elle qualifie aujourd’hui de « classique » et dont elle semble à nouveau minimiser la dangerosité.

Le manque de transparence de la part de la ministre de l’Ecologie, qui modifie son discours en moins de 24h n’est guère rassurant.
Résistera-t-elle à la pression des lobbys, comme en atteste les déclarations de Christophe de Margerie qui s’agace de la polémique qui est en train de naitre ?

Les conclusions de la rencontre entre Nathalie Kosciusko-Morizet, Eric Besson et les industriels du secteur laissaient les écologistes très perplexes. La volte-face de la ministre face aux révélations appelle à la plus grande vigilance.

Europe Ecologie demande à Nathalie Kosciusko-Morizet une véritable transparence et l’annulation de tous les permis qui ont été engagés, notamment par l’irresponsabilité de Jean-Louis Borloo.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Communiqué de presse.

Cécile Duflot est présidente du groupe Europe Ecologie–Les Verts en Ile-de-France. Contact

Ecouter aussi : Pourquoi êtes-vous favorable au gaz de schiste ?

16 novembre 2019
Au Brésil, la marée noire dévaste les côtes et le gouvernement ne fait rien
16 novembre 2019
La Maison des peuples ouverte à Paris XXe a été évacuée par la police
18 novembre 2019
À la convention citoyenne pour le climat, les participants débattent aussi de la justice sociale




Du même auteur       Cécile Duflot