Génération hulocogie

Durée de lecture : 2 minutes

10 décembre 2012 / Hervé Kempf



« Enfin bon, on ferait de l’écologie, quoi ! Mais responsable ! Consensuelle ! Progressiste ! Réaliste ! »

Ah quel excellent président nous avons là ! On se souvient du brio avec lequel François Hollande a guidé le conseil général de la Corrèze vers l’avenir. De la maestria avec laquelle il présida à l’épopée du Parti, hum, socialiste, pardon. On s’incline devant le panache qu’il met à conduire la France au long des avenues périlleuses du troisième millénaire. Le président nous fera passer par le chas de la transition écologique, foi de candidat !

Certes, il y a un obstacle. Les écologistes. On les a pourtant enrubannés de maroquins et comblés de sièges parlementaires, mais ils grincent. Pétrole au large de la Guyane ? Ils toussent. Surgénérateur Astrid ? Ils hoquettent. Liaison Lyon-Turin ? Ils grognent. EPR de Flamanville ? Ils éternuent. Aéroport de Notre-Dame-des-Landes ? Ils éructent.

Et quoi qu’on fasse pour le progrès et l’environnement, ils se grattent, se tortillent, frétillent et se plaignent. Les écologistes ne comprennent rien à l’écologie.

Que fait le mâle descendant d’Henri Queuille, inoubliable génie de la Corrèze, puisque les écologistes renâclent ? Il pare, courbe, fléchit et poum ! Il se prépare à changer d’écologistes !

A Austerlitz, Napoléon n’a pas fait mieux. Ainsi, l’inestimable groupe Génération écologie est reçu à l’Elysée le 4 décembre par Bernard Poignant, le conseiller du président, qui, depuis sa ville de Quimper, prend le pouls de la France profonde et éternelle. Génération écologie ? Vous allez en entendre parler, d’ici les élections municipales de 2014... D’ailleurs, Harlem Désir en a été membre en 1992.

Et pour faire bonne mesure, M. Hollande nomme Nicolas Hulot « envoyé spécial pour la préservation de la planète ». Envoyé spécial, pas ambassadeur, clin d’oeil subtil à la télévision, oh oh oh.

Ledit Hulot, qui n’aime rien tant que parler à l’oreille des présidents, accepte. Certes, il garde « son statut apolitique », ben tiens, c’est mal, la politique, et « sa totale liberté de parole » - là, M. Hollande, il faut bien le dire, tremble.

Bon, moi, si j’étais le président, je mettrais l’envoyé spécial à la tête de Génération écologie, j’appellerais Daniel Cohn-Bendit, et même, Jean-Louis Borloo. Enfin bon, on ferait de l’écologie, quoi ! Mais responsable ! Consensuelle ! Progressiste ! Réaliste !

Ah, au fait, se sont tenues le 1er décembre les Assises pour l’écosocialisme. On y a parlé écologie, travailleurs, lien social, relocalisation, émancipation... Pfff, c’est nul. Politiciens, va !

................................






Source : Cet article a été publié dans Le Monde daté du 9 décembre.

Dessin : Deligne pour La Croix

Lire aussi : Ecologie : le programme de François Hollande

29 mai 2020
(Ré)apprendre la bicyclette : après le Covid-19, le boom des vélo-écoles
Alternatives
30 mai 2020
La transition c’est trop tard, il faut une politique d’urgence climatique
Tribune
14 avril 2020
La solidarité, vaccin et remède contre la pandémie
Tribune




Du même auteur       Hervé Kempf