Journal indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité ni actionnaire, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info

Gilles-Eric Séralini gagne son procès

Gilles-Eric Séralini, chercheur à l’université de Caen et spécialiste des OGM, a bien été diffamé par Marc Fellous. C’est ce qu’a jugé mardi 19 janvier le tribunal correctionnel de Paris.


La justice a enfin tranché dans l’affaire qui oppose depuis quelques temps deux scientifiques, le Pr Gilles-Eric Séralini, professeur à l’Université de Caen et président du CRIIGEN, spécialiste des OGM, et le Pr Marc Fellous, le président de l’Association française des biotechnologies végétales. Le second a donc été condamnée pour diffamation après avoir émis un doute sur l’indépendance des travaux du premier.

L’affaire qui oppose deux chercheurs, experts en biotechnologies, remonte à la diffusion sur France 5 de l’émission« le Magazine de la santé » présenté par Michel Cymes et Marina Carrère d ’Encausse et dont Gilles-Eric Séralini était l’invité. Au cours de cette émission, le Pr Séralini avait présenté les résultats de travaux qu’il a mené sur trois variétés de maïs génétiquement modifiés et démontrant leurs effets néfastes sur des rats. Dénonçant le caractère ouvertement anti-OGM de l’émission, Marc Fellous avait alors adressé un courrier au Conseil supérieur de l’Audiovisuel.

Ce sont justement les propos contenus dans ce courrier que Gilles-Eric Séralini a considéré comme diffamatoires. Marc Fellous y dépeignant son confrère comme un « chercheur avant tout militant anti-OGM, qui se prétend indépendant alors que ses études sont financées par Greenpeace », mais aussi comme un « marchand de peur ».

Le tribunal correctionnel de Paris a donc considéré hier que ces propos étaient bien diffamatoires à l’égard de Gilles-Eric Séralini. L’accusation « d’avoir failli à son obligation de probité intellectuelle en raison de sa dépendance à l’égard de Greenpeace, dont il recevait une aide financière pour ses travaux » étaient bien diffamatoire. Marc Fellous a été condamné pour cela à 1.000 euros d’amende assortis d’un sursis, ainsi qu’à un euro de dommages et intérêts à verser au Pr Séralini et 4.000 euros de remboursement des frais de justice. Pour les autres propos tenus par Marc Fellous, le tribunal a estimé que cela relevait du « débat scientifique ».


📨 S’abonner gratuitement aux lettres d’info

Abonnez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’abonner
Fermer Précedent Suivant

legende