Gilles-Eric Séralini gagne son procès

Durée de lecture : 2 minutes

19 janvier 2011 / Enviro 2B

Gilles-Eric Séralini, chercheur à l’université de Caen et spécialiste des OGM, a bien été diffamé par Marc Fellous. C’est ce qu’a jugé mardi 19 janvier le tribunal correctionnel de Paris.


La justice a enfin tranché dans l’affaire qui oppose depuis quelques temps deux scientifiques, le Pr Gilles-Eric Séralini, professeur à l’Université de Caen et président du CRIIGEN, spécialiste des OGM, et le Pr Marc Fellous, le président de l’Association française des biotechnologies végétales. Le second a donc été condamnée pour diffamation après avoir émis un doute sur l’indépendance des travaux du premier.

L’affaire qui oppose deux chercheurs, experts en biotechnologies, remonte à la diffusion sur France 5 de l’émission« le Magazine de la santé » présenté par Michel Cymes et Marina Carrère d ’Encausse et dont Gilles-Eric Séralini était l’invité. Au cours de cette émission, le Pr Séralini avait présenté les résultats de travaux qu’il a mené sur trois variétés de maïs génétiquement modifiés et démontrant leurs effets néfastes sur des rats. Dénonçant le caractère ouvertement anti-OGM de l’émission, Marc Fellous avait alors adressé un courrier au Conseil supérieur de l’Audiovisuel.

Ce sont justement les propos contenus dans ce courrier que Gilles-Eric Séralini a considéré comme diffamatoires. Marc Fellous y dépeignant son confrère comme un « chercheur avant tout militant anti-OGM, qui se prétend indépendant alors que ses études sont financées par Greenpeace », mais aussi comme un « marchand de peur ».

Le tribunal correctionnel de Paris a donc considéré hier que ces propos étaient bien diffamatoires à l’égard de Gilles-Eric Séralini. L’accusation « d’avoir failli à son obligation de probité intellectuelle en raison de sa dépendance à l’égard de Greenpeace, dont il recevait une aide financière pour ses travaux » étaient bien diffamatoire. Marc Fellous a été condamné pour cela à 1.000 euros d’amende assortis d’un sursis, ainsi qu’à un euro de dommages et intérêts à verser au Pr Séralini et 4.000 euros de remboursement des frais de justice. Pour les autres propos tenus par Marc Fellous, le tribunal a estimé que cela relevait du « débat scientifique ».



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une petite faveur à vous demander. Dans une période où les questions environnementales sont sous-représentées dans les médias malgré leur importance, Reporterre contribue à faire émerger ces sujets auprès du grand public. Le journal, sans propriétaire ni actionnaire, est géré par une association à but non lucratif. Nous sommes ainsi totalement indépendants. Personne ne dicte notre opinion. Cela nous permet de couvrir des évènements et thèmes délaissés par les autres médias, de donner une voix à ceux qui ne sont pas audibles, et de questionner les puissants en les mettant face à leurs responsabilités.

Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, mais nos revenus ne sont pourtant pas assurés. Contrairement à une majorité de médias, nous n’affichons aucune publicité, et nous laissons tous nos articles en libre accès. Vous comprenez sans doute pourquoi nous avons besoin de demander votre aide. Reporterre emploie une équipe de journalistes professionnels, qui produit quotidiennement des informations, enquêtes et reportages. Nous le faisons car nous pensons que notre vision, celle de la préservation de l’environnement comme sujet majeur de société, compte — cette vision est peut-être aussi la vôtre.

Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : http://www.enviro2b.com/2011/01/19/...

Lire aussi : Gilles-Eric Séralini en procès contre le dénigrement

17 juillet 2019
François de Rugy démissionne après six jours de tempête
Info
7 juin 2019
Forêts publiques : l’État réfléchit au démantèlement de l’ONF
Enquête
17 juillet 2019
De Rugy : dix mois ministre, dix mois d’inaction
Info