Greenpeace en justice pour avoir démontré l’insécurité nucléaire

Durée de lecture : 2 minutes

20 septembre 2012 / Greenpeace


En décembre 2011, des militants de Greenpeace entraient dans deux enceintes de centrales nucléaires, celle de Nogent-sur-Seine et celle de Cruas, démontrant de fait que le nucléaire sûr n’existe pas, et qu’il est en réalité tout à fait possible pour un simple citoyen de pénétrer sur un site nucléaire. Au début de l’année, les juges se sont déclarés incompétents à les juger dans le premier cas, les ont relaxés dans le second, mais le parquet et EDF ayant fait appel de ces décisions, ils repassent devant de nouveaux tribunaux ce jeudi 20 septembre et le 4 octobre.

« Après l’annonce de François Hollande sur la fermeture de Fessenheim, il est important de se rappeler que les questions de sûreté et de sécurité sont les enjeux majeurs de l’énergie nucléaire, et ces questions ne devront pas être oubliées pendant les nouveaux procès et pendant le prochain débat sur l’énergie », souligne Sophia Majnoni d’Intignano, chargée de campagne nucléaire à Greenpeace France.

Dans le contexte de la catastrophe de Fukushima, Greenpeace demandait à l’époque de ces actions un audit de sûreté sur toutes les centrales nucléaires françaises, portant sur tous les risques, y compris les risques d’intrusion, écartés de l’étude. Un audit de sécurité avait été lancé par le gouvernement précédent suite aux actions de Greenpeace, comme le décrit un courrier de M. Fillon à ses Ministres, daté du 16 décembre 2011. Cet audit devait être clôturé en juin, mais les résultats n’en sont toujours pas connus.

« Rappelons que le gouvernement à l’époque avait renforcé le dispositif de sécurité par de nouveaux moyens : tasers, caméras thermiques et brigades cynophiles. Des mesures qui visaient plus les militants non violents de Greenpeace que des terroristes », conclut Sophia Majnoni d’Intignano.

De nouveaux procès à Reims et à Nîmes

Les 9 militants qui se sont introduits dans la centrale de Nogent-sur-Seine seront à nouveau jugés par la cour d’appel de Reims le 20 septembre à 14h (201 rue des Capucins, Reims). Les deux militants qui sont restés plus de 14h dans l’enceinte de la centrale de Cruas seront jugés par la cour d’appel de Nîmes, le 4 octobre à 8h30 (boulevard de la Libération, Nîmes). Ils encourent des peines qui peuvent aller jusqu’à plusieurs années de prison.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Greenpeace

Lire aussi : Greenpeace a ridiculisé EDF toute la journée

27 août 2019
Au Camp Climat, plus de militants et plus déterminés
Reportage
20 septembre 2019
Les simulations françaises décrivent un avenir catastrophique
Info
21 septembre 2019
Avec le sommet de l’ONU sur le climat, Antonio Guterres veut secouer les États
Info




Du même auteur       Greenpeace