Grenelle : les associations se rebiffent

Durée de lecture : 2 minutes

3 mai 2010 / Un collectif de 13 ONG

Le Grenelle a recouvert « d’un vernis vert pâle une politique essentiellement productiviste et consumériste », selon les associations qui ont soutenu le processus. Et qui appellent à manifester le 4 mai, jour d’ouverture des débats à l’Assemblée nationale sur la loi Grenelle .


Après plusieurs mois et années de tergiversations, la loi Grenelle2 arrivera enfin devant les députés le 4 mai 2010. Face à l’urgence écologique, le gouvernement et les parlementaires ont opté pour une course de lenteur que les grands discours écologiques n’ont pas cachée bien longtemps. En deux ans et demi, certains groupes politiques et lobbies ont ainsi eu le temps de raboter les modestes acquis du Grenelle de l’environnement et du Grenelle des ondes.

Plus que jamais aujourd’hui, nous sommes fondés à nous inquiéter des dérives d’un processus démocratique qui, au lieu de mettre au coeur de l’action publique les contraintes écologiques, s’est astreint à recouvrir d’un vernis vert pâle une politique essentiellement productiviste et consumériste.

Centrale nucléaire à Penly, lignes à très haute tension, construction de nouvelles autoroutes et mises en concession autoroutière de routes
nationales, projet de nouvel aéroport, terminal charbonnier, épandage et renouvellement de pesticides tueurs d’abeilles, implantation d’antennes relais sans contrainte réelle, construction d’incinérateurs, abandon de la
fiscalité écologique (taxe carbone et taxe poids lourds), lois anti-éoliennes, financement des nanotechnologies, absence de contrôle réel et efficace des publicités faussement écologiques, développement des agro-carburants, abandon du fret ferroviaire... la longue liste des anicroches, reculades et décisions anti-écologiques et unilatérales qui ont plombé le processus « grenelle » nous amène à une grande amertume et une non moins grande inquiétude.

Quels que soient les faux-semblants de l’idéologie dominante, les mensonges des climatosceptiques, les errements d’experts à la solde des lobbies ou les renoncements d’élus qui organisent systématiquement leur irresponsabilité, les contraintes écologiques ne sont pas négociables et les crises écologiques adviendront.

La non régulation écologique de l’économie et des politiques publiques aboutira inévitablement à une crise systémique dont les plus faibles économiquement et socialement seront les premières victimes.

Nous, acteurs et actrices engagé-es de la société civile, appelons les citoyens et citoyennes à participer à un rassemblement devant l’Assemblée nationale le mardi 04 mai 2010 à 16h.

Pour que les parlementaires ne restent pas sourds à nos demandes, ce rassemblement intitulé « Plus de bruit pour l’environnement » se fera en musique.

.................................................

Signataires :

Agir pour l’Environnement – Réseau Action Climat France – Réseau Sortir du
Nucléaire – Les Amis de la Terre – MDRGF – Résistance à l’Agression Publicitaire – CNIID – Association pour un Contrat Mondial de l’Eau – ACIPAPRIARTéM – Union Nationale de l’Apiculture Française – Fédération Nationale de l’Agriculture
Biologique – Fédération Nationale des Associations d’Usagers des Transports



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Courriel de l'association Agir...

Lire aussi : Nicolas Hulot rompt avec le Grenelle http://www.reporterre.net/spip.php?...

25 juillet 2019
Éradiquer les punaises de lit, une véritable guerre des nerfs
Enquête
17 septembre 2019
Dans les forêts du Morvan, l’État refuse d’encadrer les coupes rases
Enquête
17 septembre 2019
Huit trucs pour se passer de téléphone portable
Tribune