Guyane : face aux cartes dominantes, un « Atlas critique »

Durée de lecture : 2 minutes

19 septembre 2020 / Matthieu Noucher et Laurent Polidori



Comment les cartes sont-elles construites ? En multipliant les points de vue, l’« Atlas critique de la Guyane », conçu par une équipe pluridisciplinaire de chercheurs, fait émerger les co-vérités d’un territoire, divers et complexe à décrire.

  • Présentation du livre par son éditeur :

La carte n’est pas le territoire. Œuvre de l’esprit, interprétation de l’espace, elle est restée longtemps l’apanage du pouvoir, l’expression des dominants, véhiculant des représentations partiales, douteuses ou orientées. Une mise en ordre qui fabrique parfois l’ordre bien réel de nos sociétés. Dressé dans les années 1970, ce constat critique bouleverse encore aujourd’hui la lecture des cartes.

Cet atlas s’inscrit dans ce mouvement intellectuel en plein essor : il se veut être un exercice de cartographie critique appliquée à un espace donné. Les auteurs, géographes spécialistes de la discipline, ont choisi la Guyane – mais leur méthode pourrait s’appliquer à n’importe quel «  terrain  » – parce qu’elle forme un espace singulier, une «  île  » méconnue, rebelle aux méthodes classiques de représentation (par l’immensité du massif amazonien, difficilement accessible). Région à forts enjeux politiques et économiques, ses cartes voient s’affronter des visions très différentes, des divergences de regards sur l’Histoire.

Cet ouvrage questionne des cartes existantes en procédant à une analyse virtuose de tous les grands problèmes de leur fabrique (confiner, délimiter, détecter, collecter, nommer) à leur usage (mesurer, planifier, révéler, figer, relier). Il traite aussi des thèmes cruciaux de cet espace en produisant pour ce faire des cartes originales sur les frontières, le littoral, la forêt, les circulations, l’orpaillage, la toponymie, la topographie, le foncier, l’urbanisme, les relations géopolitiques, la biodiversité… Tandis que les deux derniers chapitres «  Imaginer, la Guyane par les cartes  » et «  Oublier, le blanc des cartes  » réinterrogent la carte jusque dans la logique de ses suppositions ou de ses omissions.

En multipliant les points de vue, cet atlas fait émerger les co-vérités d’un territoire, divers, complexe à décrire, sans jamais pouvoir y arriver complètement, comme s’il y avait pour cette «  île  » et le monde en général une impossibilité, un «  in-cartographiable  » irréductible.

Plus de 80 contributeurs (géographes, cartographes, sociologues, historiens, anthropologues, archéologues, ethno-botanistes, linguistes, etc.) ont participé à cet ouvrage collectif coordonné par Matthieu Noucher et Laurent Polidori.

  • Matthieu Noucher est chercheur au CNRS, UMR Passages, Bordeaux. Laurent Polidori est chercheur au CNRS, UMR Cesbio, Toulouse.
  • Atlas critique de la Guyane, coordonné par Matthieu Noucher et Laurent Polidori, CNRS éditions, septembre 2020, 330 p., 29 euros.




Lire aussi : La Guyane ébranlée par un nouveau projet de mégamine à ciel ouvert
27 octobre 2020
À La Réunion, mobilisation pour sauver le « Ti coin charmant », un riche jardin côtier
Tribune
27 octobre 2020
La fermeture des frontières place les migrants à la merci du changement climatique
Info
31 octobre 2020
L’Anses confirme le potentiel nuisible des masques Dim
Info