Il arrête un avion pour lutter contre le changement climatique

Durée de lecture : 1 minute

7 août 2012 / Parti de la résistance


Le 6 août, un citoyen a pénétré sur les pistes de l’aéroport Charles-de-Gaulle et a bloqué un avion d’Air France, afin de protester contre la destruction du climat de la planète.

Les scientifiques nous disent « pas plus de 1,5 t de CO2 par personne et par an pour ne pas détruire le climat de la terre ». Un seul aller-retour Paris-Montréal, par exemple, pollue l’atmosphère avec plus de 2,5 t par personne… en quelques heures. Si vous pensez que 2 + 2 = 4, alors il faut interdire cette machine immédiatement.

Pierre-Emmanuel Neurohr, qui a réalisé cette action, avait déjà été condamné le 2 juillet à 3 mois de prison avec sursis, suite à deux actions similaires, jugement dont il a fait appel. Malgré cette condamnation, il est retourné bloquer la machine la plus immorale qui soit au XXIe siècle.

D’après les informations disponibles, il est actuellement détenu en garde-à-vue à l’aéroport, avant d’être jugé mardi 7 août en comparution immédiate au tribunal de Bobigny.

Pour toute personne rationnelle qui s’informe sur le climat en 2012, la conclusion qui s’impose est claire. Les extrêmes climatiques – sécheresses et inondations, entre autres – vont provoquer la destruction de millions d’êtres humains. Et l’avion est la machine qui, par citoyen français, participe le plus à ce qui apparaît de plus en plus comme la préparation d’un génocide.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source et photo : Communiqué de presse du Parti de la résistance

Lire aussi : Je serai envoyé en prison

20 janvier 2020
Les activités industrielles causent de plus en plus de séismes
Info
8 janvier 2020
En Australie, « même des forêts tempérées partent en fumée »
Entretien
18 janvier 2020
La révolte à l’ère du numérique : nouvelle efficacité, nouvelles faiblesses
À découvrir




Du même auteur       Parti de la résistance