Il est temps de clore la procédure contre Stéphane Lhomme

Durée de lecture : 4 minutes

11 juin 2009 / Réseau Sortir du nucléaire



Depuis trois ans, Stéphane Lhomme, porte-parole du Réseau Sortir du nucléaire, subit une procédure judiciaire sans même avoir accès à son dossier. Une pétition demande la clôture de cette procédure hors normes.

Appel pour un classement « sans suites » en faveur de Stéphane Lhomme, porte-parole du Réseau « Sortir du nucléaire », menacé de 5 ans de prison pour avoir révélé la vulnérabilité du réacteur nucléaire EPR en cas de crash d’avion de ligne

Nous, soussignés, demandons un classement « sans suites » de la procédure en cours pour Stéphane Lhomme, porte parole du Réseau « Sortir du nucléaire », soupçonné de « terrorisme » et menacé de 5 ans de prison.

En novembre 2003, le Réseau « Sortir du nucléaire » révèle qu’il détient un document confidentiel défense issu d’EDF qui reconnaît que, contrairement à ce que prétendent les autorités françaises, le réacteur français EPR n’est pas conçu pour résister à un crash d’avion de ligne. Ce document a été évoqué à de nombreuses reprises dans la presse, et a jeté le trouble sur le débat public officiel organisé en 2005 et 2006 sur le réacteur EPR : la Commission nationale du débat public a même censuré la contribution de « Sortir du nucléaire » qui évoquait le fameux document.

En mai 2006 et mars 2008, Stéphane Lhomme, porte-parole du Réseau « Sortir du nucléaire », a été placé en garde à vue par la DST (aujourd’hui DCRI), sur réquisition du Parquet de Paris... section antiterroriste. Accusé de « compromission du secret de la défense nationale », alors qu’il n’a fait que son devoir de citoyen, Stéphane Lhomme risque 5 ans de prison et 75 000 euros d’amende.

Depuis mai 2006, Stéphane Lhomme est visé par une « enquête préliminaire » bien curieuse puisqu’elle court... depuis plus de trois ans : une durée tout à fait hors norme. Les conséquences principales de ce « sur-place » judiciaire sont l’impossibilité d’accéder au dossier et le fait de garder sur la tête une « épée de Damoclès » de 5 ans de prison.

Le 4 avril 2008, le vice-procureur Alexandre Plantevin, sollicité à plusieurs reprises par l’avocat du Réseau « Sortir du nucléaire » Me Busson, avait enfin répondu, assurant que l’accès au dossier serait possible « sous quinzaine », dès que la DST aurait « transmis les derniers actes effectués ». Or, plus d’un an après, malgré d’autres relances, rien n’a changé.

Aussi, le 4 mai 2009, Réseau « Sortir du nucléaire » a saisi Laurent Le Mesle, Procureur général près la Cours d’appel de Paris. Nous soutenons cette démarche, demandons la clôture de l’enquête préliminaire et, surtout, demandons un classement « sans suites » en faveur de Stéphane Lhomme.

Par ailleurs, toujours dans cette affaire de document confidentiel défense, EDF aurait mis en place des opérations illégales d’espionnage (*) de Stéphane Lhomme et du Réseau « Sortir du nucléaire », lesquels se sont constitués parties-civiles. Nous demandons là aussi à ce que toute la vérité soit faite.

.........................................

(*) Dans son édition du 8 avril 2009, le Canard enchaîné affirme que, depuis 2006, EDF a placé Stéphane Lhomme sous surveillance par le biais de sociétés privées. Le magazine Le Point, dans son édition du 23 avril 2009, affirme que « La boîte mail de Stéphane Lhomme aurait été espionnée grâce à un contact chez Wanadoo ».

.........................................

Premiers signataires :

Corinne Lepage (CAP 21), Noël Mamère (Les Verts), Olivier Besancenot (NPA), José Bové (Europe écologie), Jean-marie Harribey (co-président d’Attac), Cécile Duflot (Secrétaire nationale des Verts), Corinne Morel-Darleux (Parti de Gauche), Roland Desbordes (Président de la commission de recherche et d’information sur la radioactivité (CRIIRAD)), Eugène Riguidel (navigateur), Michel Verna (Membre du conseil national de Génération Ecologie), Gustave Massiah (économiste), Gilles Lemaire (Attac - faucheur d’OGM), Bernard Laponche (Expert indépendant), Philippe Chesnau (Vice président du Conseil Régional provence Alpes Cote d’Azur), Gilles Kuntz (Les Alternatifs - Conseiller municipal de Grenoble), Alain Touleron (Les Alternatifs - Adjoint au Maire de Vaulx-en-Velin (69120)), Myriam Martin (Membre du NPA - Tête de liste NPA Européennes sud ouest), Christophe Ondet (Secrétaire National du Parti Pour La Décroissance), Hervé Guerrera (Conseiller Municipal d’Aix-en-Provence, conseiller communautaire), Michael Lowy (chercheur - 75013 Paris), Simon Charbonneau (Professeur de droit de l’environnement), Collectif BELLACIAO (75011 Paris), Ferrario Roberto (Porte-parole de Bellaciao.org (75000 Paris)...





Source : http://www.sortirdunucleaire.org/in...

21 septembre 2020
Exclusif - La carte des emprises de l’Andra pour imposer l’enfouissement des déchets nucléaires
Enquête
26 septembre 2020
Mobilisation climat : faisons place à la vie
Tribune
22 septembre 2020
La betterave, cheval de Troie des néonicotinoïdes
Reportage




Du même auteur       Réseau Sortir du nucléaire