Inf’OGM

Durée de lecture : 2 minutes

2 mai 2013 / par Villalard




Le nouveau numéro d’Inf’OGM, n°122, mai / juin 2013, est paru.

Présentation :

La France a adopté en 2012 un décret pour valoriser les filières agro-alimentaires qui excluent les OGM et notamment les produits issus d’animaux nourris sans OGM (comme la viande, les produits laitiers, etc.). Mais cet étiquetage est volontaire, et après dix mois d’existence, l’utilisation de cet étiquetage « sans OGM » reste très discrète dans les rayons des supermarchés. Pourquoi cette nouvelle législation n’a-t-elle pas fait encore évoluer le marché ? Quelques réponses dans ce nouveau numéro d’Inf’OGM...

Au niveau européen, Inf’OGM a analysé le programme GRACE, destiné à proposer des nouvelles méthodes pour l’évaluation sanitaire des plantes génétiquement modifiées (PGM). Constat : ce programme européen est piloté par des scientifiques connus pour avoir un fort penchant en faveur des OGM

Ce mois-ci, la fiche technique est consacrée aux impacts des PGM [plantes génétiquement modifiées] sur la faune, cible, c’est-à-dire celle qui est visée par la protéine insecticide produite par la PGM, et non-cible, celle qui n’aurait pas dû être atteinte....

Enfin, nous vous proposons un décryptage d’un « cavalier législatif » qui s’est glissé dans la loi sur le budget états-unien, le fameux Monsanto Protection Act, et ce que dit le droit français sur la possibilité d’introduire de tels chevaux de Troie.

Sommaire :

- ETATS-UNIS - OGM : la justice aux ordres des multinationales semencières ?,

- Le risque biologique

- A qui profitent les OGM ?

- Tous cobayes ?

- Impacts des OGM sur la faune auxiliaire

- GRACE : un programme d’évaluation sanitaire des OGM sous influence ?

- Culture du soja non transgénique : stable, malgré l’étiquetage « sans OGM »






Source : Inf’OGM

Consulter par ailleurs : La bibliothèque de Reporterre

26 septembre 2020
Covid : nous devenons une société d’androïdes masqués
Chronique
22 septembre 2020
La betterave, cheval de Troie des néonicotinoïdes
Reportage
23 septembre 2020
La réforme de la recherche « ne nous incite pas à prendre soin du monde dans lequel on vit »
Entretien


Du même auteur       Villalard