Faire un don
65304 € récoltés
OBJECTIF : 120 000 €
54 %
Pour une presse libre comme l'air ! Soutenir reporterre

Jean-Marc Ayrault nomme la commission du dialogue

Durée de lecture : 3 minutes

30 novembre 2012 / Matignon


PREMIER MINISTRE

Paris, le 30 novembre 2012

Le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, a reçu aujourd’hui les trois membres de la la Commission du dialogue sur le futur Aéroport du Grand Ouest, dont il a décidé la création le 24 novembre dernier.

La commission est composée de Madame Claude Brévan et de Messieurs Claude Chéreau et Rouchdy Kbaier.

- Claude Chéreau, qui présidera la commission, est Président de la Commission des Comptes de l’Agriculture de la Nation et membre du comité d’éthique de l’INRA (Institut national de la recherche agronomique) et du CIRAD (Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement). Il a notamment été conseiller de François Mitterrand et de Lionel Jospin.

- Claude Brévan est architecte. Elle a notamment été déléguée interministérielle à la Ville et au développement social urbain. Elle est régulièrement membre ou présidente de commissions particulières de débats publics sur des projets de grands équipements.

- Rouchdy Kbaier est juriste et membre du Conseil général de l’environnement et du développement durable. Il a été conseiller auprès de Dominique Voynet, puis directeur adjoint du cabinet d’Yves Cochet. Spécialiste des questions d’environnement et de droit communautaire, il a été pendant six ans directeur du parc national des Pyrénées.

Cette commission aura pour mission de rencontrer toutes les parties prenantes qui le souhaitent, afin qu’elles puissent exprimer leur analyse des enjeux économiques, sociaux, et environnementaux, et d’apporter, le cas échéant, les précisions complémentaires. Elle pourra demander tous les éclairages techniques nécessaires.

La commission s’attachera à rassembler l’ensemble des expressions et des attentes autour de ce projet.

Elle remettra au Premier ministre une synthèse de ses auditions, et formulera des propositions, notamment sur la manière de poursuivre le dialogue dans chacune des étapes de la réalisation du projet. Elle remettra son rapport dans quatre mois au Premier ministre, qui le rendra public.

En ce qui concerne l’impact du projet sur les zones humides et sur les terres agricoles, le Premier ministre rappelle les décisions prises le 24 novembre pour conforter les initiatives en faveur du respect de la biodiversité et de la préservation des terres agricoles :

Mise en place d’un groupe d’experts, composé de scientifiques, afin notamment de valider la méthode de compensation, conformément aux conclusions de l’enquête publique « loi sur l’eau ».

Ce comité scientifique sera présidé par M. Ghislain de Marsily, professeur émérite à l’Université Pierre et Marie Curie, et membre de l’Académie des Sciences. Mise en place d’une mission « agricole » spécialisée afin, d’une part, d’identifier localement les moyens de minimiser l’impact du projet sur les surfaces agricoles et, d’autre part, d’apporter sa contribution à la définition d’outils efficaces pour lutter contre la consommation des espaces agricoles par le développement urbain.

Cette mission sera présidée par M. Dominique Pélissié, Ingénieur général des ponts, des eaux, et des forêts.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une petite faveur à vous demander. Dans une période où les questions environnementales sont sous-représentées dans les médias malgré leur importance, Reporterre contribue à faire émerger ces sujets auprès du grand public. Le journal, sans propriétaire ni actionnaire, est géré par une association à but non lucratif. Nous sommes ainsi totalement indépendants. Personne ne dicte notre opinion. Cela nous permet de couvrir des évènements et thèmes délaissés par les autres médias, de donner une voix à ceux qui ne sont pas audibles, et de questionner les puissants en les mettant face à leurs responsabilités.

Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, mais nos revenus ne sont pourtant pas assurés. Contrairement à une majorité de médias, nous n’affichons aucune publicité, et nous laissons tous nos articles en libre accès. Vous comprenez sans doute pourquoi nous avons besoin de demander votre aide. Reporterre emploie une équipe de journalistes professionnels, qui produit quotidiennement des informations, enquêtes et reportages. Nous le faisons car nous pensons que notre vision, celle de la préservation de l’environnement comme sujet majeur de société, compte — cette vision est peut-être aussi la vôtre.

Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Communiqué de presse de l’Hôtel Matignon



18 juin 2019
En dépit de ses engagements, la France encourage la surpêche
Info
18 juin 2019
Ariane Chemin, journaliste, Taha Bouhafs, journaliste
Édito
17 juin 2019
Faut-il interdire à la location et à la vente les « passoires énergétiques » ?
Une minute - Une question