L’Allemagne bloque la lutte contre la pollution automobile

Durée de lecture : 3 minutes

15 octobre 2013 / Renaud Honoré (Les Echos)

Le gouvernement de Mme Merkel a bloqué lundi, lors du conseil européen des ministres de l’environnement à Luxembourg, le progrès dans la réduction de la pollution automobile. BMW et Mercedes imposent leur loi. La France résiste mollement, Grande-Bretagne et Pologne pas du tout. Mais la bataille n’est pas finie.


Pas touche à la puissante industrie automobile allemande ! Les Européens viennent d’en faire l’expérience. Sous l’injonction de Berlin, ils vont devoir revoir les nouvelles règles environnementales s’appliquant au secteur. Devant l’intransigeance de l’Allemagne, les ministres de l’Environnement des Vingt-huit ont préféré lundi 14 octobre repousser une nouvelle fois toute décision quant aux objectifs d’émission de CO2 pour les voitures à l’horizon 2020 , lors d’une réunion à Luxembourg.

Il paraît donc désormais inévitable que les Etats revoient à la baisse d’une manière ou d’une autre les ambitions initiales (pas plus de 95 g de CO2 au kilomètre en 2020 contre 130 g prévu en 2015), afin d’amadouer l’Allemagne qui défend ses grosses cylindrées. « Nous devons trouver une formule magique où la flexibilité accordée aux constructeurs serait assez forte pour contenter Berlin et suffisamment faible pour plaire à ceux défendant les objectifs initiaux », soupire un diplomate européen.

Autre difficulté, ne pas froisser le Parlement européen, opposé à la position allemande, et qui doit donner son feu vert. Un défi d’ampleur, alors que le temps presse : un accord doit être trouvé dans les prochaines semaines, faute de quoi les eurodéputés n’auront pas le temps de le valider avant la fin de leur mandat, au printemps 2014.

Une situation quasi inédite

Cette situation est, de mémoire de diplomates, quasi inédite dans l’Union européenne (UE). L’objectif de 95 g par kilomètre en 2020 avait été obtenu en juin, à l’issue de négociations entre le Parlement et le Conseil, qui représente les Etats. Au niveau européen, un tel accord marque normalement la fin de la procédure législative. Mais pas ici : depuis le mois de juin, Angela Merkel – qui a pris le dossier en main – mène une campagne mêlant forte pression et intimidation pour torpiller ce compromis.

Il faut dire que BMW et Daimler auraient bien du mal à remplir ces nouveaux objectifs.
Des menaces de fermetures d’usines de constructeurs allemands auraient été agitées pour effrayer l’Espagne, selon des proches du dossier, sans succès. Mais en quelques semaines, le processus s’est enlisé et le vote a été plusieurs fois repoussé. « C’est inacceptable, l’Allemagne crée un précédent qui remet en cause la méthode communautaire », dénonce un diplomate.

Flairant la bonne affaire, le Royaume-Uni et la Pologne ont fini par rallier l’Allemagne. « Ils ont négocié cher leur ralliement, en échange de faveurs à venir », assure une source européenne. Et la France ? Ses partenaires trouvent la position de Paris très ambiguë. Officiellement, le gouvernement français continue de soutenir le compromis de juin. Mais dans le même temps, il travaille activement pour trouver une solution acceptable pour les Allemands. Vendredi dernier, le plus proche conseiller de François Hollande sur les affaires européennes a organisé, selon nos informations, une réunion avec son homologue à la Chancellerie et des représentants de Londres, Varsovie, Rome et Madrid. La tentative a échoué, mais elle montre que Paris soigne ses relations avec Berlin.

Même avec l’aide de la France, trouver un accord ne sera pas facile. La proposition allemande de repousser à 2024 les objectifs de CO2 paraît hors sujet, et un accent mis sur les « super-crédits » n’est pas plus populaire. A Bruxelles, certains espèrent que la formation d’une grande coalition à Berlin avec les Verts ou le SPD permettra un assouplissement de la position allemande pour sortir de l’impasse.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source et photo : Les Echos.

Lire aussi : Mercedes conserve le droit d’augmenter fortement l’effet de serre.

16 septembre 2019
Le capitalisme nous conduit au désastre
Tribune
27 juillet 2019
Quand une coopérative ouvrière relance la culture locale du tilleul
Alternative
25 juillet 2019
Aux Rencontres de la photographie d’Arles, les murs séparent, la nature relie
À découvrir