L’Amazonie comme une grande plaie ouverte

31 mai 2016



L’Amazonie se meurt. On connaît l’antienne, mais elle prend une dimension dramatique depuis une quinzaine d’années. Déforestation, front agricole, garimpeiros, barrages, routes, trafics en tous genres, réforme du code forestier, modification des droits d’exploration minière… Jamais les saignées n’ont été aussi profondes et menaçantes. Certains peuples indigènes résistent, d’autres dépérissent peu à peu ou se fondent dans une urbanisation effrénée et homogénéisante. Quant aux caboclos, ces métis à l’identité insaisissable et qui forment la plus grande communauté amazonienne, ils rappellent qu’ils ont, eux aussi, besoin de la nature pour survivre. Ce monde amazonien laisse entrevoir l’image inquiétante d’une grande plaie ouverte, comme un mal contagieux infectant lentement mais sûrement la planète tout entière. Une terre en proie à des bouleversements d’une ampleur inédite mais qui porte encore, et à chaque instant, l’humanité en apprentissage. Pour combien de temps ?

- Les Amazoniens en sursis, Nicolas Bourcier, éd. Ateliers Henry Dougier, 144 p., 12 €.

- Source et infos : Atelier Henry Dougier.




Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Lire aussi : En forêt d’Amazonie, l’équivalent de deux mille terrains de football disparaît chaque jour
24 octobre 2017
Le gouvernement affaiblit la lutte contre la pollution en pompant le budget des Agences de l’eau
Info
24 octobre 2017
L’effondrement de notre civilisation est une bonne chose
Tribune
23 octobre 2017
Les Indiens d’Equateur ne résistent pas à l’idée de progrès
Tribune


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre