L’Assemblée nationale s’inquiète des perturbateurs endocriniens

Durée de lecture : 2 minutes

26 février 2014 / Pascale Solana (Reporterre)


Le rapport d’information sur la Stratégie européenne sur les Perturbateurs endocriniens de l’Assemblée nationale piloté a été examiné à l’Assemblée nationale le 25 février au sein de la Commission des affaires européennes. Ce rapport était piloté par le député (EELV) Jean-Louis Roumegas. « Les perturbateurs endocriniens font peser un risque majeur sur la santé humaine et les générations futures. Ils se caractérisent en effet non pas par un effet toxique direct, mais par une modification du système de régulation hormonale. Pour agir sur les hormones, ces molécules pénètrent dans le corps des êtres vivants via plusieurs interfaces : les voies digestives, le système respiratoire ou la surface de la peau », a rappelé M. Roumégas. De plus leur nocivité tient à deux effets multipliant le risque : l’effet cumulatif et l’effet cocktail.

Les premières victimes de l’abus de produits chimiques sont les salariés et les professionnels des entreprises qui les produisent et les emploient ; le monde agricole est particulièrement touché. Mais l’ensemble de la population est soumis à une exposition quotidienne ne serait-ce qu’à travers les produits d’hygiène et de beauté : selon une étude de l’institut Noteo cité par M. Roumégas, 40 % de ces produits contiennent des perturbateurs endocriniens.

Le rapport reconnaît les enjeux que font peser les PE sur la santé publique, sur l’environnement et leurs coûts financiers. Il propose des recommandations que la Commission a approuvées. Parmi elles, la création d’une classe distincte de produits PE, un texte européen spécifique sur les PE s’appuyant sur cette liste, des efforts de recherche, la mise en place d’un suivi des populations et des écosystèmes, une meilleure information des publics les plus fragiles et une vraie stratégie nationale sur les PE.

La conclusion appelle « le gouvernement à adopter rapidement une stratégie nationale sur les perturbateurs endocriniens et à s’assurer que celle-ci reflète un haut niveau d’exigence, afin que la France conserve son rôle moteur dans la lutte contre les perturbateurs endocriniens. » Appel relayé par l’association Générations futures et le Réseau Environnement Santé, qui se félicitent de ce rapport .


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Reporterre.

Ecouter aussi : Comment les perturbateurs endocriniens produisent-ils des cancers ?.


Pour une information libre sur l’écologie, soutenez Reporterre :

17 octobre 2019
Au Rojava kurde, on attaque aussi une manière de vivre libre
Entretien
16 octobre 2019
La carte des luttes contre les grands projets inutiles
Enquête
17 octobre 2019
EN VIDÉO – Le 115 du particulier, une communauté autogérée d’anciens SDF
Alternative




Du même auteur       Pascale Solana (Reporterre)