L’Etat, le paysan, et le moucheron

Durée de lecture : 2 minutes

14 mars 2010 / Hervé Kempf


Il était une fois, dans l’hémisphère Sud, un mal qui frappait les ruminants. On l’appelait « maladie de la langue bleue ». Elle n’était pas contagieuse et ne se transmettait pas à l’homme. Elle pouvait entraîner de nuisibles conséquences sur les animaux, mais enfin, elle était là depuis longtemps, et ruminants domestiques et sauvages s’étaient, avec le temps, immunisés.

Or, cette maladie se transmettait par des moucherons. On sait depuis La Fontaine combien il faut se méfier des moucherons, « chétif insecte, excrément de la terre ». Est-ce un effet du changement climatique ? Dans les années 2000, les moucherons d’Europe ont commencé à y transmettre le virus de la maladie.

Elle se répandait vite, et comme plusieurs troupeaux connurent de désagréables effets, le lion, pardon, l’Etat, rugit et décida d’« éradiquer » le virus honni. En France, une campagne de vaccination de tous les bovins et ovins fut engagée en 2008 et rendue obligatoire en 2009.

Or, il advint que des gueux commencèrent à refuser l’injonction. A interroger. A réfléchir. Pourquoi tant de zèle, alors que l’Organisation mondiale de la santé animale indique que la maladie n’est pas contagieuse, et précise que les bêtes « se trouvant dans les zones où la maladie est endémique sont naturellement résistantes » ? Pourquoi ne pas laisser des troupeaux développer leur immunité naturelle ? Comment croire qu’on pourrait éradiquer une maladie qui devient endémique en Europe ? Pourquoi ne pas étudier le cas d’autres pays, comme la Grèce ou l’Allemagne, qui ne vaccinent pas, ou plus ? A-t-on bien examiné les effets secondaires des vaccins sur les animaux, voire dans l’assiette du consommateur ? Pourquoi, enfin, si peu d’écoute des principaux concernés ? N’avait-on rien appris de l’expérience de la grippe A ?

C’est incroyable comme les gueux ont des arguments, quand on les écoute ! Et le chroniqueur de s’étonner de la faiblesse de ceux qu’avançait le ministère de l’agriculture, que, bien sûr, il interrogea. Mais l’histoire prend un triste tour. Car non content d’ignorer les questions des paysans, on écume, on étincelle, on convoque les éleveurs rétifs à la maréchaussée, et même, on les amène au tribunal, comme le 19 mars à Sélestat, et bientôt à Auch. « Vous ne voulez pas vacciner, manants ! Qu’on les condamne ! »

Il est un peu tôt pour tirer la morale de l’histoire. Des paysans se battent, et l’affaire n’est pas close. Mais voici une phrase, entendue d’un éleveur des Cévennes : « On n’a jamais reçu d’explication. On a fait appel à notre servilité, pas à notre intelligence. Je le ressens comme un déni de compétence. » Et une question : pourquoi tant d’insistance à imposer les vaccins, et pourquoi refuser d’examiner comment évoluera l’immunité naturelle des troupeaux ? Est-il bien raisonnable de recourir au marteau de la justice pour... écraser des moucherons ?




Source : Cet article a été publié dans Le Monde du 14-15 mars 2010.

Lire aussi la fable de La Fontaine, « Le Lion et le moucheron » : http://www.lisons.info/Le-Lion-et-l...

Ecouter aussi : Pourquoi refusez-vous le vaccin contre la fièvre catharale ovine ? http://www.reporterre.net/spip.php?...

18 septembre 2019
Naomi Klein : « Nous entrons dans l’ère de la barbarie climatique »
Entretien
18 septembre 2019
Les travailleurs sous-traitants du nucléaire en grève car « la sécurité se dégrade »
Entretien
27 juillet 2019
Quand une coopérative ouvrière relance la culture locale du tilleul
Alternative




Du même auteur       Hervé Kempf