L’Europe faiblit sur le climat

Durée de lecture : 4 minutes

27 novembre 2008 / Les Amis de la Terre

La négociation européenne sur le Paquet énergie climat conduit à des assouplissements de la politique climatique. A quelques jours de la conférence de Poznan, en Pologne, sur le protocole de Kyoto, ce recul européen envoie un mauvais signal aux pays du monde.

A quelques jours de l’ouverture des négociations internationales sur le climat à Poznan (Pologne), les Amis de la Terre, Solar Generation France et le Réseau Sortir du Nucléaire se mobiliseront ce samedi 29 novembre 2008 à 11h, rue du Bac à Paris devant le ministère de l’Ecologie autour d’une action symbolique et visuelle. Ils y dénonceront le recul des positions européennes, notamment sur le paquet climat-énergie [1] et exigeront de la France, présidente de l’UE, une politique climatique courageuse, ambitieuse et nécessaire.
La lutte contre les changements climatiques est une urgence sur laquelle l’Europe était considérée comme leader. Mais les choses ont bien changé : crise financière, individualisme des États, pression des lobbies industriels, etc. Le contenu de la politique énergie-climat de l’Europe se réduit alors que chaque pays défend ses spécificités. L’Allemagne souhaite une réglementation qui épargne son industrie automobile, la République Tchèque veut protéger son industrie sidérurgique, la Pologne sa production énergétique, la Belgique son industrie chimique... A chaque sollicitation, le président de l’Union européenne, Nicolas Sarkozy, cède et la politique climatique européenne s’en affaiblit d’autant.

Face à cette déroute politique, les Amis de la Terre, Solar Generation France, le Réseau Sortir du Nucléaire ainsi que beaucoup d’autres associations, réagissent. Outre l’action symbolique organisée samedi prochain sous la bannière « Climat : l’Europe s’en balance », une action virale circule sur internet via le collectif Time to Lead [2]. Toutes deux insistent sur l’importance des négociations européennes et internationales sur le climat de Poznan.
Cyrielle den Hartigh, chargée de campagne Climat aux Amis de la Terre, remarque : « Nicolas Sarkozy tient tellement à faire passer le Paquet énergie-climat sous sa présidence qu’il en oublie les principaux enjeux. A vouloir faire plaisir à tous, le risque de monnayer une politique climatique européenne au rabais se précise, et ce, au détriment de la lutte contre les changements climatiques ! »

C’est en effet Nicolas Sarkozy, en tant que président de l’Union européenne qui portera la position européenne à Poznan. Pour les Amis de la Terre et Solar Generation, la lutte contre les changements climatiques doit passer par des politiques énergétiques ambitieuses et par des projets concrets de réduction de la consommation énergétique. L’action des étudiants de Solar Generation France sur les campus témoigne de la possibilité concrète de modifier efficacement nos modes de consommation énergétique. Ils précisent :« Si nous voulons que ces négociations débouchent sur des engagements acceptables, l’Europe doit y pousser un positionnement solide et ambitieux : un objectif de réduction de 30 % des émissions de gaz à effet de serre, un objectif contraignant de 20 % d’efficacité énergétique et l’octroi de la totalité des revenus des marchés de quotas d’émission pour aider les Pays du Sud à lutter contre les changements climatiques et à s’y adapter ».

Notes :
[1] Le paquet climat-énergie de la Commission européenne correspond à un paquet de mesures en matières de climat qui consiste à indexer pour moitié sur le PIB des états-membres l’objectif des « trois fois 20 » (réduction des émissions de gaz à effet de serre de 20 % par rapport au niveau de 1990, amélioration de 20 % en matière d’efficacité énergétique et part des énergies renouvelables dans la consommation totale d’énergie augmentée à 20 % d’ici à 2020).
[2] Le collectif Time to Lead rassemble les Amis de la Terre – Europe, le WWF, Greenpeace et le Climate Action Network. Plus d’infos sur www.timetolead.fr


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une petite faveur à vous demander. Dans une période où les questions environnementales sont sous-représentées dans les médias malgré leur importance, Reporterre contribue à faire émerger ces sujets auprès du grand public. Le journal, sans propriétaire ni actionnaire, est géré par une association à but non lucratif. Nous sommes ainsi totalement indépendants. Personne ne dicte notre opinion. Cela nous permet de couvrir des évènements et thèmes délaissés par les autres médias, de donner une voix à ceux qui ne sont pas audibles, et de questionner les puissants en les mettant face à leurs responsabilités.

Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, mais nos revenus ne sont pourtant pas assurés. Contrairement à une majorité de médias, nous n’affichons aucune publicité, et nous laissons tous nos articles en libre accès. Vous comprenez sans doute pourquoi nous avons besoin de demander votre aide. Reporterre emploie une équipe de journalistes professionnels, qui produit quotidiennement des informations, enquêtes et reportages. Nous le faisons car nous pensons que notre vision, celle de la préservation de l’environnement comme sujet majeur de société, compte — cette vision est peut-être aussi la vôtre.

Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : www.amisdelaterre.org

THEMATIQUE    Climat
9 juillet 2019
À Marseille, les quartiers nord ont aussi droit aux légumes bios
Reportage
27 juillet 2019
Compromis ou radicalité, le mouvement écolo cherche sa stratégie
Enquête
6 juillet 2019
Reporterre sur Radio Suisse : Amazon, ça suffit
Hors les murs


Sur les mêmes thèmes       Climat





Du même auteur       Les Amis de la Terre