L’Irlande plante un million d’arbres en une journée

Durée de lecture : 3 minutes

27 avril 2013 / Courant Positif

L’organisation irlandaise One Million Trees in One Day devait planter 1 million d’arbres en l’espace de 24 heures le 26 avril. Pour relever ce challenge hors norme, les bras d’une armée de 10.000 volontaires répartis sur 32 comtés sont mobilisés. Estimé à 3 millions d’euros, le projet se finance grâce à la plus grande opération de crowdfunding environnemental jamais organisée en Irlande.


« Un matin il y a deux ans, je me suis dit ‘plantons un million d’arbres’ » confie en souriant Imogen Rabone, instigatrice et actuelle coordinatrice du projet One Million Trees in One Day. Ce qui n’était qu’un rêve en 2011 est aujourd’hui sur le point d’aboutir. Le 26 avril, quelque 10.000 volontaires devaient planter un million d’arbres à travers 32 comtés d’Irlande. 24 heures montre en main pour mettre en terre ce million de végétaux issus de plus de 30 espèces différentes.

« Cette opportunité de reproduire des forêts naturelles grâce à une large variété d’espèces bénéficiera aux populations locales à travers la pollinisation des cultures par les insectes, le développement de la faune et d’un cadre naturel ainsi que la fourniture de combustible pour les besoins énergétiques », explique Cillian Lohan, directeur de l’Irish National Forestry Foundation (INFF), partenaire du projet. A la clef également, la préservation de la qualité des sols et de l’air grâce à la captation de CO2 par les puits de carbone que sont les arbres.

Gestion durable et éducation

Imogen Rabone a su fédérer. Les arbres seront plantés sur deux mille sites dont des écoles et universités, chez des fermiers, mais aussi des propriétaires fonciers publics et privés. « L’idée essentielle est d’aller à la rencontre de communautés, écoles et fermiers et d’essayer de planter des arbres ensemble dans le respect de notre philosophie. C’est-à-dire d’utiliser la terre d’une manière durable qui satisfait les besoins des populations et crée des emplois » précise Cillian Lohan.

Une fois en terre, la croissance des arbres sera suivie et entretenue pendant 20 ans par des entreprises partenaires pour les grandes forêts et par les propriétaires des sols pour les futaies plus petites. Ces derniers sont d’ailleurs formés par One Million Trees in One Day à la gestion durable des forêts dans l’optique d’essaimer eux-mêmes ensuite ces techniques autour d’eux. Passées ces 20 années, les forêts seront protégées par le Forestry Act (loi forestière) qui favorise également la gestion durable.

Coopération volontaire de haut niveau

L’idée candide de 2011 s’est rapidement transformée en une organisation d’envergure qui ne doit rien à l’amateurisme. Outre l’INFF, cinq autres entreprises et fondations de taille spécialisées dans le bois collaborent au projet depuis ses débuts.

Mais le plus intéressant est ailleurs. Les deux années de recherche et développement écoulées, estimées à 1,5 million d’euros, n’ont rien coûté à l’organisation. L’expertise apportée par les différentes parties prenantes est le fruit d’une coopération entièrement volontaire. Mieux encore, certaines entreprises assureront également l’entretien des arbres de façon bénévole. « La force du projet c’est de faire grand avec peu grâce à la coopération de milliers de volontaires, d’entreprises et d’experts de haut niveau » souligne Imogen Rabone.

Crowdfunding historique

Pour financer l’achat des arbres, les organisateurs de ce « plantathon » misent là encore sur la participation du plus grand nombre, entreprises et particuliers. A ce jour, le projet représente la plus vaste opération de crowdfunding environnemental jamais organisée en Irlande.

Les dons seront matérialisés sur une carte numérique mise en ligne. Tout donateur pourra ainsi voir où sera planté l’arbre ou la parcelle qu’il a financée. Outre le don en ligne ouvert à tous, les Irlandais peuvent également verser une contribution via leur téléphone portable par l’envoi d’un simple SMS.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Courant Positif

Photos :
- chapô : Bellingham Herald
- article : Positive News

Lire aussi : Regarder vraiment un arbre

9 novembre 2019
Chute du mur de Berlin : les écologistes étaient en première ligne
Info
12 novembre 2019
Paysans et défenseurs des animaux doivent s’unir contre l’industrialisation du vivant
Tribune
9 novembre 2019
L’effondrement de l’URSS et de son agriculture industrielle a été bénéfique pour le climat
Info