L’OCDE désapprouve le projet de Notre Dame des Landes

Durée de lecture : 1 minute

21 mars 2013 / Camille Martin (Reporterre)

C’est dit avec douceur, mais le sens est clair : « Certains aéroports régionaux risquent de représenter une charge pour les générations futures ». Dans son étude économique pour la France, l’OCDE appelle à une réévaluation « de la rentabilité des projets d’investissement public ».


L’OCDE (Organisation de coopération et de développement économique) vient de publier son Etude économique sur la France, exercice qu’elle effectue régulièrement pour chacun de ses pays membres. Elle y analyse, d’un point de vue néo-libéral, la situation économique du pays.

Dans son chapitre sur les dépenses publiques, les experts de l’OCDE admonestent à mots couverts mais sans ambiguïté la politique d’investissements publics, en exprimant ce que nombre d’écologistes disent avec constance depuis des années : la France est déjà bien équipée d’infrastructures, il n’y en a pas besoin de plus. L’organisation insiste sur leur rentabilité : des LGV, projets prestigieux, stades et aéroports régionaux « risquent de représenter une charge pour les générations futures ». Et d’émettre cette recommandation : « La rentabilité des projets d’investissement public devrait être évalué avec soin ».

Cela s’appelle une « litote » : « Figure de rhétorique consistant à affaiblir l’expression de la pensée pour laisser entendre plus qu’on ne dit ». Traduit en termes plus abrupts, le jugement de l’OCDE est donc que cette rentabilité publique n’est pas étudiée suffisamment sérieusement.

Voici le texte de l’OCDE, p. 27 :



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une petite faveur à vous demander. Dans une période où les questions environnementales sont sous-représentées dans les médias malgré leur importance, Reporterre contribue à faire émerger ces sujets auprès du grand public. Le journal, sans propriétaire ni actionnaire, est géré par une association à but non lucratif. Nous sommes ainsi totalement indépendants. Personne ne dicte notre opinion. Cela nous permet de couvrir des évènements et thèmes délaissés par les autres médias, de donner une voix à ceux qui ne sont pas audibles, et de questionner les puissants en les mettant face à leurs responsabilités.

Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, mais nos revenus ne sont pourtant pas assurés. Contrairement à une majorité de médias, nous n’affichons aucune publicité, et nous laissons tous nos articles en libre accès. Vous comprenez sans doute pourquoi nous avons besoin de demander votre aide. Reporterre emploie une équipe de journalistes professionnels, qui produit quotidiennement des informations, enquêtes et reportages. Nous le faisons car nous pensons que notre vision, celle de la préservation de l’environnement comme sujet majeur de société, compte — cette vision est peut-être aussi la vôtre.

Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Camille Martin pour Reporterre.

Consulter par ailleurs : Dossier Notre Dame des Landes

8 août 2019
Comment se passer de l’avion ?
Tribune
29 juillet 2019
L’été, au loin
La vie de Reporterre
27 juillet 2019
Quand une coopérative ouvrière relance la culture locale du tilleul
Alternative




Du même auteur       Camille Martin (Reporterre)