L’agriculture bio couvre plus de 37 millions d’hectares dans le monde

Durée de lecture : 3 minutes

16 janvier 2014 / Christine Virbel

Les surfaces en agriculture et élevage biologiques augmentent en France de plus de 10 % tous les ans, et de 5 % dans le monde.


Plus de 37 millions d’hectares sont cultivés de façon biologique (certifiée ou non) dans le monde en 2011. Ce chiffre officiel est sous-estimé car certains pays, comme la Chine, ne disposent pas de statistiques. Il faut compter de surcroit la cueillette sauvage et l’apiculture, évalués à 43 millions d’hectares, soit un total de plus de 80 millions d’hectares. Ces données révèlent des situations contrastées mais d’une manière générale le plus souvent orientées à la hausse.

En Asie, après une baisse entre 2009 et 2010 due à des changements de règlements (plus stricts), les surfaces bio ont rebondi de + 33 % en 2011 ! L’Europe et l’Amérique du Nord ont connu une croissance respective de + 6 et + 5 %. En Afrique et en Océanie, on observe une stabilisation des surfaces. En revanche, l’Amérique latine a vu ses surfaces bio diminuer de - 18 %, même si certaines cultures bio comme la vigne, l’olive et la canne à sucre ont fortement augmenté.

La forte croissance du bio en Asie s’explique en partie par la mise en place d’un plan gouvernemental de développement de l’agriculture bio en Inde. En Europe, les plus fortes progressions de surfaces bio se sont faites en Espagne et en France.

Un marché en progression

Les ventes de produits bio dans le monde ont quadruplé en dix ans. Elles représentent 50,5 milliards d’euros. Les premières estimations en 2012 font penser que le marché passera largement la barre des 51 milliards d’€ en 2012. Les Etats-Unis et l’Europe continentale (UE + Suisse) consomment plus de neuf produits bio sur dix. Mais les consommateurs asiatiques achètent dorénavant de plus en plus de produits biologiques. Le marché mondial du bio devrait donc encore se développer.

En types de production, les principaux producteurs d’olives bio sont l’Espagne, l’Italie et la Tunisie. L’Espagne, la France et l’Italie recensent aussi 74 % des vignobles biologiques mondiaux. Le tournesol et le soja représentent chacun un quart des surfaces d’oléagineux bio mondiaux. Enfin, la demande en coton bio dépasse la production. Le premier producteur de coton bio est la Turquie. Les céréales sont la première culture bio avec 2,6 millions d’hectares. Le lait, le café bio progressent ainsi que le poisson bio qui est passé de 5000 à 125 000 tonnes entre 2000 et 2011.

Consommer local

Si l’on peut se réjouir de la place croissante du bio dans l’agriculture mondiale, il est bon de rappeler qu’acheter des produits biologiques venant de l’autre bout de la planète est très consommateur de carburant. Pour moins de transport et pour le développement économique local, les consommateurs acheteront au plus près de la zone de production.

Le Bouthan veut se convertir totalement à la bio d’ici 2020

L’agriculture biologique convainc de plus en plus de consommateurs et de producteurs dans le monde. C’est d’ailleurs l’un des secteurs à connaître une croissance à deux chiffres, sauf dans les zones où elle est déjà bien développée et où la progression est encore de + 5 à + 6 %. Les pays qui la développent y voient un intérêt financier sur un marché en progression mais aussi un atout environnemental et social. Deux d’entre eux ont d’ailleurs décidé de franchir un pas supplémentaire : le Bhoutan (pays un peu plus grand que la Belgique situé entre l’Inde et la Chine) et l’île polynésienne de Niué, qui ont décidé de passer à 100 % d’agriculture bio d’ici 2020. D’autres les rejoindront peut-être, notamment les îles Malouines qui comptent déjà 36 % de leur surface agricole en bio, le Liechtenstein ou l’Autriche avec respectivement 27 et 20 % de leurs surfaces agricoles en bio et déjà une longue tradition du bio.


Complément d’info : Les chiffres-clé de l’agriculture biologique.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Les bonnes nouvelles environnementales

Photo : Groupe Larrère

Lire aussi : Ce jardinier réinvente l’agriculture sur moins d’un hectare.

18 octobre 2019
L’écologie populaire, c’est aussi dans les campagnes
Enquête
18 octobre 2019
Pour 2020, un budget d’un vert bien pâle
Info
19 octobre 2019
En Loire-Atlantique, l’opposition monte contre le bétonnage de terres par un « surf park »
Enquête