L’autoroute A 65 Pau-Langon toujours aussi vide et inutile

Durée de lecture : 1 minute

20 juin 2013 / Sepanso

Chaque année confirme ce que disaient les protecteurs de la nature : l’autoroute A 65, qui a balafré la campagne entre Pau et Langon, est inutile. Son trafic y est très inférieur à ce que promettaient ses constructeurs.


Pour la troisième année consécutive, les associations SEPANSO Aquitaine, ARLP, et LEA, ont effectué un comptage pendant 24 heures [1] du trafic de l’autoroute A65. Cette opération a été menée simultanément en Gironde dans les Landes et dans les Pyrénées Atlantiques.

Le verdict est sans appel : avec une moyenne de 5436 véhicules dont 494 poids lourds sur les 3 points de comptage on reste très loin des prévisions initiales qui tablaient sur un trafic global de 10397 véhicules/jour en 2013. Le record de basse fréquentation étant établi dans les Landes avec seulement 4903 véhicules dont 403 poids lourds au sud de Mont de Marsan.

À noter qu’en Gironde où des comptages avaient été opérés en 2012, la baisse du trafic des poids lourds est de -16,4% en une année alors que les prévisions tablaient sur une augmentation de +18,09% pour la même période.

Ce sondage sur 24h est suffisamment éloquent pour pouvoir penser que la rentabilité restera longtemps un mirage inaccessible.

Il ne suffit pas de construire une autoroute pour que le trafic soit au rendez-vous en dehors des quelques week-ends de ski.

L’A65 aura été le premier grand projet inutile imposé post Grenelle. Avant de prolonger cette autoroute vers Oloron ou de se lancer dans des nouveaux chantiers autrement plus onéreux et destructeurs que sont les LGV, il est urgent que les décideurs (État, élus...) qui l’ont imposée, en tirent les leçons.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre


[1Ce comptage a été effectué du 12 juin 2013 à 20 h au 13 juin 2013 à 20h


Source : Communiqué de presse de la Sepanso

Lire aussi : L’autoroute A 65 en Aquitaine : trafic très inférieur aux prévisions

28 février 2020
Les candidats à la mairie de Paris confrontent leurs projets écologiques
Info
27 février 2020
Partir à la retraite, le casse-tête des agriculteurs
Reportage
27 février 2020
Face aux précarités du monde, cultivons une politique de la rencontre
Tribune




Du même auteur       Sepanso