L’inertie de ce monde n’appelle pas une transition, mais une rupture

Durée de lecture : 1 minute

23 juillet 2020 / Désobéissance Écolo Paris



Pour Désobéissance Écolo Paris, collectif à l’origine des grèves scolaires dans la capitale et auteur de « Écologie sans transition », on a déjà perdu trop de temps à demander aux pyromanes d’éteindre l’incendie.

  • Présentation du livre par son éditeur :

Devant l’ampleur planétaire du désastre, un nouveau mouvement écologiste a émergé au fil des marches pour le climat, des grèves de la jeunesse et des actions de désobéissance. Mais sa stratégie se réduit encore à adresser une demande de transition à de supposés décideurs.

Pour Désobéissance Écolo Paris, collectif à l’origine des grèves scolaires dans la capitale, on a déjà perdu trop de temps à demander aux pyromanes d’éteindre l’incendie. L’inertie de ce monde n’appelle pas une transition, mais une rupture. Pratiquer une écologie sans transition consiste à interrompre dès maintenant l’œuvre destructrice de l’économie et à composer les mondes dans lesquels nous voulons vivre. Et cela, d’un même geste.

  • Écologie sans transition, de Désobéissance Écolo Paris, aux éditions Divergences, juin 2020, 196 p., 14 euros.



24 septembre 2020
Journalistes et ONG vent debout contre les nouvelles mesures de maintien de l’ordre
Info
24 septembre 2020
Qui s’inquiète de la crise climatique ? Pas (vraiment) les Européens
Tribune
26 septembre 2020
Mobilisation climat : faisons place à la vie
Tribune




Du même auteur       Désobéissance Écolo Paris