L’inertie de ce monde n’appelle pas une transition, mais une rupture

Durée de lecture : 1 minute

23 juillet 2020 / Désobéissance Écolo Paris



Pour Désobéissance Écolo Paris, collectif à l’origine des grèves scolaires dans la capitale et auteur de « Écologie sans transition », on a déjà perdu trop de temps à demander aux pyromanes d’éteindre l’incendie.

  • Présentation du livre par son éditeur :

Devant l’ampleur planétaire du désastre, un nouveau mouvement écologiste a émergé au fil des marches pour le climat, des grèves de la jeunesse et des actions de désobéissance. Mais sa stratégie se réduit encore à adresser une demande de transition à de supposés décideurs.

Pour Désobéissance Écolo Paris, collectif à l’origine des grèves scolaires dans la capitale, on a déjà perdu trop de temps à demander aux pyromanes d’éteindre l’incendie. L’inertie de ce monde n’appelle pas une transition, mais une rupture. Pratiquer une écologie sans transition consiste à interrompre dès maintenant l’œuvre destructrice de l’économie et à composer les mondes dans lesquels nous voulons vivre. Et cela, d’un même geste.

  • Écologie sans transition, de Désobéissance Écolo Paris, aux éditions Divergences, juin 2020, 196 p., 14 euros.



19 janvier 2021
Lettre du bocage : « Nous ne supportons pas d’être gouvernés par la peur »
Tribune
2 mars 2021
Avec Starlink, Elon Musk innove dans la pollution
Enquête
20 janvier 2021
Culture du café : la technologie contre les paysans
Tribune




Du même auteur       Désobéissance Écolo Paris