LGV Toulouse-Bordeaux : une alternative moins chère est possible

Durée de lecture : 2 minutes

18 février 2012 / Collectif Asso Vigilance LGV


La salle des fêtes était comble jeudi 9 février à Landiras à l’occasion de la présentation de l’étude indépendante sur l’aménagement de la ligne [ferroviaire] existante Bordeaux-Toulouse.

Malgré un thermomètre en dessous de zéro et des conditions de circulation particulièrement difficiles, très nombreux étaient les habitants et les élus présents à la réunion publique organisée par le Collectif des élus du Sud-Gironde et la Coordination des Associations Vigilance LGV.

Raymond Girardi, Bernard Faucon-Lambert et Michel Ponthoreau, co-présidents et secrétaire de l’association ALTernative LGV, ont présenté les résultats de l’étude indépendante financée par le conseil général du Lot-et-Garonne et de très nombreuses collectivités de Gironde, Lot-et-Garonne et Tarn-et-Garonne. Cette étude a été réalisée par le cabinet Claraco (spécialiste des questions ferroviaires) et le cabinet de géomètre AC2I (qui a déjà travaillé pour RFF).

Pour 3 fois moins cher, la modernisation de la ligne classique Bordeaux-Toulouse permet :
- l’amélioration de la sécurité et des conditions de vie des riverains ;
- une sauvegarde de l’espace rural (2400 hectares d’espaces agricoles et forestiers d’économisés) ;
- le maintien et l’amélioration des dessertes locales ;
- une consommation d’énergie maîtrisée (le TGV sur LGV consommerait trois fois plus d’énergie que sur la voie classique) ;
- des vitesses raisonnablement élevées entre Bordeaux et Toulouse (220 km/h maxi).

C’est une alternative sérieuse, beaucoup plus économe en deniers publics et qui évite de délaisser la ligne et les gares existantes !

Plusieurs des conseillers régionaux et généraux présents ce soir-là se sont engagés à peser de tout leur poids pour que cette étude soit présentée au Conseil Régional et au Conseil Général 33[Gironde].



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une petite faveur à vous demander. Dans une période où les questions environnementales sont sous-représentées dans les médias malgré leur importance, Reporterre contribue à faire émerger ces sujets auprès du grand public. Le journal, sans propriétaire ni actionnaire, est géré par une association à but non lucratif. Nous sommes ainsi totalement indépendants. Personne ne dicte notre opinion. Cela nous permet de couvrir des évènements et thèmes délaissés par les autres médias, de donner une voix à ceux qui ne sont pas audibles, et de questionner les puissants en les mettant face à leurs responsabilités.

Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, mais nos revenus ne sont pourtant pas assurés. Contrairement à une majorité de médias, nous n’affichons aucune publicité, et nous laissons tous nos articles en libre accès. Vous comprenez sans doute pourquoi nous avons besoin de demander votre aide. Reporterre emploie une équipe de journalistes professionnels, qui produit quotidiennement des informations, enquêtes et reportages. Nous le faisons car nous pensons que notre vision, celle de la préservation de l’environnement comme sujet majeur de société, compte — cette vision est peut-être aussi la vôtre.

Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Communiqué du Collectif Asso Vigilance LGV, c/o Landes Environnement Attitude

Lire aussi : LGV pour Toulouse : les écologistes veulent utiliser les voies existantes

15 juillet 2019
Le 20 juillet, une marche pour soutenir le « combat Adama » et « riposter à l’autoritarisme »
Tribune
18 juillet 2019
De l’urgence de débattre au sein du mouvement écologiste
Édito
8 juillet 2019
Un grand merci, ami(e)s lectrices et lecteurs ! Reporterre va bien
Édito