LGV : plutôt Lille-Dijon que Paris-Clermont Ferrand-Lyon

Durée de lecture : 1 minute

21 mars 2012 / Michel Vogt

La frénésie des LGV continue... S’agitent en ce moment les partisans d’une ligne Paris-Clermont-Ferrand-Lyon. Mais serait-ce le meilleur choix, si par hasard les finances étaient là ?


Si je comprends bien le souhait des élus du Centre et d’Auvergne à vouloir faire bénéficier leur région de la grande vitesse, je désapprouve totalement le projet de LGV « POCL » [Paris-Orléans-Clermont-Ferrand-Lyon] dans son but de dédoubler la LGV actuelle Paris - Lyon.

C’est non seulement de la saturation prévisible de la LGV Paris - Lyon (LN1) qu’il faut, dès à présent, se préoccuper mais également de celles (devant suivre de peu) de la LGV Paris - Lille (LN3) et de l’Interconnexion en Ile de France.

A ce sujet, dans un article intitulé « Comment assurer le trafic futur ? » (TGV), une revue ferroviaire [Connaissance du Rail, n°350-351] a fait part, il y a plus d’un an et demi maintenant, d’une proposition d’un de ses lecteurs de soulager l’ensemble (LN1 - Interconnexion - LN3) par la réalisation d’une ligne nouvelle TGV reliant directement Dijon à Lille en passant à proximité de Troyes (ville non connectée au réseau TGV) et de Châlons-en-Champagne. Une telle ligne TGV doublerait le moment venu avec efficacité cet ensemble tout en se maillant correctement avec le réseau TGV existant.

Le transit non nécessaire via l’Ile de France des flux Grande-Bretagne/Belgique/Nord de la France vers Lyon ou l’Italie serait évité et la tradition centralisatrice à tout vouloir faire passer par la région parisienne serait rompue.




Source : Courriel à Reporterre

Photo : Ligne POCL

Lire aussi : LGV Toulouse-Bordeaux : une alternative moins chère est possible

21 septembre 2019
EN VIDÉO - « Nous, Gilets jaunes, écolos, handicapés, paysans, travailleurs, avons un message commun »
Tribune
25 juillet 2019
Éradiquer les punaises de lit, une véritable guerre des nerfs
Enquête
20 septembre 2019
Philippe Martinez : « Avec les écologistes, on se parle ; ce n’était pas le cas avant »
Entretien