La Grande Transhumance, cette épopée « fille des montagnes »

5 avril 2017 / Anne Vallaeys



  • Présentation du livre par son éditeur :

« Des heures durant, tel l’explorateur de salon penché sur sa mappemonde, j’ai consulté les cartes d’état-major, m’efforçant de décrypter l’improbable tissage de courbes, de maillages, de treillis hachurés. Parcourant de l’index les anciens lits du Rhône, rive gauche, rive droite, je me suis égarée dans les canyons du Verdon, faufilée dans les méandres d’Asse et de Bléone, estimant la taille des sommets, les cols d’altitude…

L’inévitable s’imposa : il fallait confronter mes lectures et mes observations géographiques de bric et de broc aux modèles réels, au dessin des paysages. Ressentir la trace sous les pas, éprouver la terre à mes pieds, la caresser des yeux, pour de vrai. Donner forme, réalité, épaisseur et continuité à la Grande Transhumance, cette épopée “fille des montagnes”.

Lever l’ancre, hisser la voile. Simplement. Marcher aussi loin que possible, au rythme des heures puisqu’ici les kilomètres n’ont aucun sens. Emprunter un fil de crête, quand, d’un hasard l’autre, les éléments basculent, quand l’équilibre, le ciel l’imposent. Alpes, nourrices des Provences. Savourer cette orgie de lieux-dits, de mythes et de légendes.

Puis, le reste, tout le reste. Teintes, couleurs, l’eau, l’air, les arbres… »


  • Hautes solitudes. Sur les traces des transhumants, par Anne Vallaeys, éditions Gallimard, 256 p., 17,5 €.

Source : éditions Gallimard




Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.
21 octobre 2017
La « concertation » à Sivens : un jeu de dupes pour faire avaler une nouvelle pilule
Tribune
23 octobre 2017
Cinq questions, cinq réponses, pour comprendre les zones humides
Info
23 octobre 2017
A Marseille, l’Hôtel du Nord fait vivre l’atmosphère des quartiers populaires
Reportage


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre