La Terre compte neuf millions d’espèces

Durée de lecture : 1 minute

24 août 2011 / Radio Canada

8,8 millions d’espèces, selon une nouvelle étude scientifique.


Une nouvelle étude avance que la Terre compte près de 8,8 millions d’espèces, mais que seulement le quart d’entre elles a été découvert jusqu’à présent.

Jusqu’à présent, 1,9 million d’espèces ont été recensées. Parmi les découvertes les plus récentes se trouvent des créatures petites et parfois bizarres, comme une grenouille-poisson psychédélique, un lézard de la taille d’une pièce de dix cents et un minuscule homard aveugle et poilu trouvé dans le fond de l’océan.

Pour parvenir à leurs conclusions, Worm et Camilo Mora, de l’Université d’Hawaii, ont recouru à des modèles mathématiques complexes et analysé la cadence des découvertes d’espèces, mais aussi de celles dans d’autres catégories de la taxinomie, comme la famille.

Leur étude, publiée mardi dans la revue électronique PLoS Biology, une publication de l’organisation Public Library of Science, évalue le nombre d’espèces vivant sur la Terre à près de 8,8 millions.

Parmi toutes ces créatures, 6,5 millions seraient des espèces vivant sur la terre ferme et 2,2 millions vivraient dans l’océan, domaine d’étude prioritaire pour Worm et Camilo Mora, car ils participent au Recensement de la vie marine, une initiative regroupant des scientifiques de partout dans le monde et visant à répertorier la vie dans l’océan.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : http://www.radio-canada.ca/nouvelle...

Lire aussi : Disparition des espèces, le rythme s’accélère

21 février 2020
Fermeture de Fessenheim : après la centrale, le saut dans le vide
Reportage
20 février 2020
L’écologie au pouvoir : bilan d’un mandat à Grenoble
Reportage
20 février 2020
Pour soutenir la pêche locale, vive la vente directe
Tribune




Du même auteur       Radio Canada