La banquise arctique a fondu en 2012 plus vite que jamais

Durée de lecture : 1 minute

30 août 2012 / Sciences et Avenir


La banquise de l’océan Arctique a atteint un nouveau record de fonte, ont expliqué lundi 27 août des chercheurs américains qui voient là un nouveau signe des effets à long terme du réchauffement climatique.

Selon un communiqué de l’université du Colorado à Boulder (ouest), la banquise ne s’étend plus que sur 4,10 millions de km2, soit près de 70.000 km2 de moins que le précédent record datant du 18 septembre 2007.

L’été n’étant pas terminé, les scientifiques du Centre des données sur les glaces de l’université estiment que la fonte pourrait être plus grande encore dans les semaines à venir. Ils voient dans le rétrécissement de la banquise en Arctique un « signal fort du réchauffement climatique à long terme ».

« Ce record n’est qu’un chiffre, (...) mais aussi le signe d’un changement fondamental de la couverture glaciaire de l’Arctique », alerte Walt Meier, scientifique à l’université du Colorado.

Le phénomène est d’autant plus frappant cette année que, contrairement à 2007 où toutes les conditions météorologiques favorisant la fonte étaient réunies, cet été n’a rien d’exceptionnel hormis une tempête début août, explique Mark Serreze, le directeur du centre.

« La glace est maintenant si fine et si fragile, que la façon dont le vent souffle n’a aucune imporance », dit-il dans le communiqué.

Ces dernières années, la planète a enregistré de nombreuses températures record. Treize des 15 dernières années ont été les plus chaudes jamais relevées.

Selon les scientifiques, l’effet de serre causé par les émissions de CO2 dues à l’activité humaine est la principale cause du changement climatique.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Sciences et Avenir

Carte : University of Colorado

Lire aussi : Fonte estivale record de la banquise en Arctique

18 janvier 2020
Notre-Dame-des-Landes toujours debout contre « l’aménagement capitaliste du monde »
Reportage
20 janvier 2020
Les activités industrielles causent de plus en plus de séismes
Info
18 décembre 2019
PODCAST - Migrations et climat : sortir du scénario catastrophe
Hors les murs