La belle histoire des Perches... contribution au « dialogue » de Notre Dame des Landes

Durée de lecture : 2 minutes

28 novembre 2012 / Atanka




C’est au bout d’une combe oubliée que la caravane de Christiane
Lefebvre a fini sa route il y a une dizaine d’années, pour s’échouer
sur les ruines de la Ferme des Perches, face au massif des Monts de
Lacaune.

Des terres abandonnées depuis 30 ans, qu’elle a petit à petit
défrichées pour y cultiver des petits fruits et récolter plantes et
fruits sauvages qu’elle transforme sur place.

Depuis 10 ans, Christiane relève pierre par pierre cette magnifique
bâtisse. Un incroyable travail de fourmi, partagé entre la recherche
des matériaux anciens dans la région et leur assemblage patient
pendant les mois d’hiver, alors que la terre se repose.

« J’ai 50 ans... presque ! » nous dit-elle avec ses yeux malicieux.
Alors Christiane a décidé d’aménager le rez-de-chaussée de façon à
pouvoir accueillir une famille, afin que quelqu’un puisse venir
s’installer ici et poursuivre ce qu’elle a commencé.

Comme Valérie
Tubau qui a planté l’année dernière un verger bio de plus de 250
arbres fruitiers qui ne produira pleinement que dans plusieurs années,
la capacité de ces paysannes à inscrire leur action dans une durée
qui les dépasse nous inspire à chaque fois un profond respect.

Un autre rapport au temps et un beau cadeau pour les générations à
venir... A travers ces expériences agroécologiques concrètes, les
producteurs d’Atanka comme de nombreux autres dessinent une
politique agricole « par en bas », qui revitalise les campagnes et jette
les bases d’un monde nouveau, discrètement et modestement mais ô
combien porteur d’avenir.

ET SI ON SOUTENAIT UN PEU CES PAYSANS PASSIONNES QUI REINVENTENT UNE
AGRICULTURE RESPECTUEUSE DES SOLS, DE LA NATURE ET DES HOMMES... AU
LIEU
DE BETONNER DES TERRES AGRICOLES ?

LES PRODUITS DES PERCHES

Nous avions rencontré Christiane pour la première fois de façon
inopinée, à l’occasion d’une visite à la Ferme des Estrets.
Nous avions goûté alors une friandise aux noix dont elle s’efforçait
d’améliorer la recette.

La récolte des noix ayant été catastrophique cette année, ce sont
d’autres produits qu’elle nous propose aujourd’hui :

* sa Confiture de Mûres Sauvages patiemment sélectionnées et
récoltées à la main,
* et sa Crème Dessert Châtaigne-Cacao ou Châtaigne-Vanille.

C’est la saison de la châtaigne...
à consommer de mille et une façons !

Les crèmes dessert de Christiane Lefebvre viennent compléter la gamme
des produits à la châtaigne que vous proposent les producteurs de la
Coopérative Atanka.

------------------------------------------


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre



Source : Courriel à Reporterre de la Coopérative Atanka

Consulter par ailleurs le Quels sont les freins à l’installation des néo-ruraux ?

28 mai 2020
Contre les avions et le béton, la bataille repart au nord de Paris
Info
27 mai 2020
En plein déconfinement, la gestion des tests reste bancale
Enquête
28 mai 2020
Pour Air France, un plan d’aide peu écolo et non contraignant
Enquête




Du même auteur       Atanka