Faire un don
49068 € récoltés
OBJECTIF : 80 000 €
61 %
Pour une presse libre comme l'air ! Soutenir reporterre

La campagne de vaccination H1N1 a-t-elle été pilotée par les lobbies ?

Durée de lecture : 3 minutes

26 janvier 2010 / Michèle Rivasi

Michèle Rivasi, député européenne, demande une commission d’enquête parlementaire sur la gestion de la crise dans l’Union européenne. Les informations signalant le caractère modéré de la pandémie n’ont pas été pris en compte.


Alors que le Conseil de l’Europe organise ce mardi 26 janvier une audition de l’OMS (Organisation mondiale de la santé) et des fabricants de vaccins sur la transparence de la gestion de pandémie H1N1, Michèle Rivasi, eurodéputée du Groupe des Verts/ALE (Europe Ecologie), interpellera ce même jour la Commission européenne pour demander la mise en place d’une Commission d’enquête parlementaire sur la gestion par l’UE de cette pandémie.

"Je demande à faire toute la lumière sur les conflits d’intérêts possibles entre des organismes européens tels que l’Agence Européenne pour l’Evaluation des Médicaments (EMEA), le Centre Européen de Prévention et de Contrôle des Maladies (ECDC), et les laboratoires pharmaceutiques", déclare Mme Rivasi.

Pour l’eurodéputée spécialiste des questions de santé « le bilan de la gestion de la pandémie de grippe H1N1 est une gabegie financière dans chaque Etat-Membre et nous amène à nous interroger sur les velléités de certains organismes à mettre en place de telles campagnes de vaccination massive en fustigeant notamment les milliards d’euros dépensés pour une grippe que l’on savait bénigne depuis août 2009 et les risques pris envers les populations par rapport aux effets indésirables.

Autant, en avril, le principe de précaution pouvait justifier de telle mesure" poursuit l’eurodéputée, "mais le bilan modéré de la grippe H1N1, connu dès la fin de l’été 2009, aurait dû amener nos institutions à réviser leur stratégie. Cela n’a pas été le cas et cela s’est traduit, en particulier en France, par une campagne et un acharnement vaccinal non justifié."

La France déplore 220 décès et 3 000 effets indésirables différents alors que la Pologne, qui a refusé de mettre en place une campagne de vaccination, compte au total 120 morts et aucun effet secondaire. J’aimerais donc des explications précises sur les choix ayant conduit à la mise en place de telles opérations compte tenu du faible rapport bénéfice/risque".

Note :

En juin 2009, l’Organisation mondiale de la santé a déclaré la phase 6 du niveau d’alerte pandémique pour le virus H1N1, juste après avoir modifié, un mois plus tôt, la définition de la notion de pandémie de façon à ce que la gravité de la maladie n’entre plus en ligne de compte, mais seulement son extension géographique.

La Commission Européenne a admis dès septembre 2009 que la grippe A (H1N1) ne provoquait que des "symptômes modérés" et que la plupart des patients ne souffrait que d’une affection bénigne et limitée. Malgré cela, la Commission a déterminé comme cible potentielle de la vaccination des groupes représentant de 34 % à 60,5 % de la population totale.

Selon les informations du Centre européen de prévention et de contrôle des maladies, le nombre des décès annoncés depuis le début de la pandémie par les États membres de l’Union européenne ou de l’Association européenne de libre-échange totalise 1045 cas en 2009. Par ailleurs, la Commission estime que la grippe saisonnière cause près de 40 000 décès en année ordinaire et 220 000 en cas de grippe particulièrement sévère.

Références :

Question orale de Michèle Rivasi à la Commission européenne - Mardi 26 janvier 2010, à partir de 17h30 : http://www.europarl.europa.eu/meetd...

Audition « Gérer les risque – Mercredi 27 janvier 2010 , de 12h30 à 15h :
http://europeecologie.eu/Audition-p...



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : http://www.greens-efa.org/cms/press...

Lire aussi : Mme Bachelot oublie douze ans de son passé... http://www.reporterre.net/spip.php?...

13 décembre 2019
EN BÉDÉ- Une journée à la rédaction de Reporterre
Édito
12 décembre 2019
COP25, dernières heures : les États se disputent, la crise climatique s’aggrave
Reportage
14 décembre 2019
Les gaz lacrymogènes contiennent-ils du cyanure ? Un biologiste l’assure
Enquête




Du même auteur       Michèle Rivasi