La fonte des glaciers alpins s’accélère

Durée de lecture : 3 minutes

28 février 2012 / Gerhard Krinner


Le seul inventaire exhaustif des glaciers des Alpes françaises existant a été conduit par Robert Vivian au début des années 1970 (1) et a été publié dans le cadre de l’Inventaire mondial des glaciers, WGI (2). Le retrait des glaciers au cours des décennies précédentes justifie amplement une mise à jour de l’état de la couverture glaciaire dans les Alpes françaises.

Dans le cadre d’une thèse commune entre l’Université de Savoie et l’Université Joseph Fourier, un projet ambitieux a été mis en œuvre pour cartographier les glaciers français des Alpes et leur évolution temporelle sur des périodes-clés (1970, 1985, 2003 et 2009). Plusieurs laboratoires sont engagés dans ce travail collectif : Edytem/Université de Savoie (Marie Gardent, Ph. Deline), LGGE et LTHE (A. Rabatel, JP. Dedieu), IGA/Pacte (Ph. Schoeneich). Coordonné et supervisé par Antoine Rabatel du LGGE, ce projet s’inscrit dans le cadre des activités du programme GLIMS, USA (3).

Sur le plan technique, une délimitation diachronique des contours glaciaires a été réalisée en utilisant différentes sources cartographiques et de télédétection :
1) années 1970 : cartes topographiques au 1/25.000 de l’Institut Géographique National (IGN), avec dates variables selon les massifs et les mises à jour des cartes,
2) 1985-1986 : images du satellite Landsat 5 TM (résolution 30m),
3) 2003 : images Landsat 5 TM et Landsat 7 ETM (résolution 30 et 15 m) 4) 2006 à 2009 : photographies aériennes de l’IGN (résolution 50 cm).

Pour les cartes topographiques et les photographies aériennes, le contour des glaciers a été délimité manuellement. Pour les images satellites Landsat, une délimitation automatique a été réalisée en utilisant la méthode de l’indice normalisé NDSI (4) appliqué aux images 1985-1986.

Ensuite, en utilisant une combinaison des bandes spectrales 542, tous les glaciers ont été contrôlés individuellement pour valider la délimitation de la ligne de contour, et ce tout particulièrement pour les couvertures de débris et les zones à l’ombre. Les images de 2003 ont ensuite été superposées sur les contours glaciaires de 1985-1986 pour réviser manuellement les limites de chaque glacier. Ce sont au total près de 600 glaciers qui ont été cartographiés depuis le massif des Aiguilles Rouges (Hte Savoie) jusqu’en Ubaye (Alpes du sud).

La couverture globale des glaciers des Alpes françaises était d’environ 375 km² dans la fin des années 70 (WGI). En 1985-86, en dépit d’une courte période de crue au début des années 80, la couverture glaciaire a diminué de 10 % pour atteindre une valeur proche de 340 km². Le retrait des glaciers s’est ensuite accéléré au cours des 25 dernières années, et la couverture glaciaire totale s’est réduite à 291 km ² en 2003, puis 275 km² dans la fin des années 2000. Ce qui représente une perte totale de 26 % au cours des 40 dernières années.

A l’échelle des différents massifs des Alpes françaises, le retrait glaciaire au cours des deux dernières décennies est inégal et est plus important pour les massifs du sud (Belledonne, Ecrins et glaciers de la Hte Ubaye). Dans le massif de Belledonne, en raison de la basse altitude de cette chaîne de montagne (<3.000> http://nsidc.org/data/glacier_inventory/].

(3) GLIMS : Global Land ice Measurements from Space.

(4) NDSI : Normalized Difference Snow Index (Dozier, J., Remote Sensing of Environment, [28], 1989).



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Laboratoire de glaciologie et géophysique de l’environnement

Ecouter aussi : Quel avenir pour les stations de montagne face au changement climatique ?.

20 janvier 2020
Les activités industrielles causent de plus en plus de séismes
Info
20 janvier 2020
La survie de Terre de liens entre les mains du gouvernement
Enquête
18 janvier 2020
La révolte à l’ère du numérique : nouvelle efficacité, nouvelles faiblesses
À découvrir