La librairie Quilombo rouvre pour que la pensée ne soit plus confinée

Durée de lecture : 10 minutes

22 avril 2020



- Courriel de la librairie Quilombo, rue Voltaire à Paris 11e :

Il est important aujourd’hui de continuer à soutenir l’édition indépendante, qui en a cruellement besoin ces temps-ci, et de vous apporter une sélection que vous êtes déjà nombreux à nous réclamer par mail. Par ailleurs, sans activité pendant deux mois, la librairie, déjà sur le fil, est actuellement en danger.

C’est pourquoi nous vous proposons à partir de ce jour un système de retrait : vous passez votre commande sur notre site, vous choisissez l’option "le retirer à la librairie", nous vous prévenons quand la commande est prête (nous ne pouvons fournir que des livres déjà en stock, donc nous vous dirons si tout ce que vous avez commandé était disponible, dans le cas contraire nous vous ferons un avoir ou un remboursement) ; la librairie sera ouverte du jeudi au samedi, de 15h à 18h, et le retrait des livres s’effectuera dans le respect des consignes sanitaires. Vous devez également avoir sur vous votre attestation de déplacement.

Concernant la VPC, nous envoyons les commandes en considération de la situation sanitaire.* Vous pouvez donc passer vos commandes comme d’habitude (sur notre site ou par courrier en envoyant un chèque), sur la sélection ci-dessous et sur d’autres ouvrages que vous avez pu repérer sur nos catalogues papier et sur le site de la librairie.

Vous pouvez aussi nous écrire à [email protected], ou nous appeler au 01 43 71 21 07 ! Et nous espérons vous revoir bien vite.

La situation exceptionnelle et inédite que nous vivons nous a amenés à avoir de nombreux débats internes avant de prendre cette décision. Nous considérons que notre mission de rendre visibles des ouvrages utiles, de défendre des éditeurs dont la fragilité est encore plus manifeste en ce moment, et d’envoyer des livres à des personnes à travers toute la France qui n’auront accès à aucun système de retrait dans une librairie proche de chez eux, reste plus que jamais d’actualité et justifie la reprise de cette activité.

Nous acheminons nos colis par la Poste, dont les syndicats de lutte se positionnent clairement sur l’importance d’un véritable maintien du service public, sous condition de la fourniture du matériel nécessaire à la sécurité du personnel (ce qui est en train d’être obtenu sur de nombreux sites).

Si vous souhaitez soutenir Quilombo et les éditeurs indépendants par vos commandes, mais que vous n’avez pas un besoin urgent de recevoir vos livres, vous pouvez nous envoyer un mail pour demander à ce que votre commande soit expédiée plus tard.

À très bientôt, bon courage à toutes et tous,
L’équipe de Quilombo

Voici les derniers titres que nous avions envie de vous faire découvrir

Être écoféministe
Théories et pratiques
Jeanne Burgart Goutal | L’échappée | 2020 | 288 p. | 20 €
Oppression des femmes et destruction de la nature seraient deux facettes indissociables d’un modèle de civilisation qu’il faudrait dépasser : telle est la perspective centrale de l’écoféminisme. Mais derrière ce terme se déploie une grande variété de pensées et de pratiques militantes (...).

Danser au bord du monde
Ursula Le Guin | L’Éclat | 2020 | 288 p. | 22 €
Ursula K. Le Guin, comme Philip K. Dick, fait partie des visionnaires de la littérature. Ce volume rassemble 34 essais et conférences, sur le féminisme, la poésie, les voyages, la littérature, la responsabilité de l’Empire nord-américain moderne… Ses textes critiquent une société dominée par l’attrait du pouvoir et de la destruction (...).

L’éblouissement de la révolte. Récits d’une Arménie en révolution
Jean-Luc Sahagian | CMDE | 2020 | 96 p. | 13 €
En Arménie, au printemps 2018, c’est la révolution. L’ensemble du pays est sorti dans les rues pour déloger le pouvoir corrompu, en place depuis des lustres. Dans un récit enlevé, incarné, tout à la fois drôle et poétique, Jean-Luc Sahagian raconte de l’intérieur ce mouvement populaire auquel il participe et qui se dévoile dans toute sa puissance (...).

Le guide du manifestant arrêté
Syndicat de la magistrature | Le passager clandestin | 2020 | 72 p. | 5 €
Alors que le pouvoir s’est installé dans une frénésie législative et policière ayant pour conséquence, et parfois pour finalité, la répression de nombreuses formes d’expression collective, voici un petit guide qui vous explique vos droits et le déroulement légal des procédures. On vous contrôle ? On vous arrête ? On vous reproche une infraction ? On vous juge en comparution immédiate ? On vous fiche ? Tout est expliqué pour vous permettre de réagir au mieux face à chaque situation (...).

Vers une vie simple
Edward Carpenter | L’échappée | 2020 | 192 p. | 16 €
Publié en 1887, ce livre est un réquisitoire contre l’idéal qui prédomine alors en Angleterre : s’enrichir en fournissant le moins d’efforts possible. Toute une population rêve en effet de parvenir à l’état de consommateur passif qui vit aux crochets des autres. À l’économie politique bourgeoise qui détruit la fraternité, Carpenter oppose un tout autre idéal : que chacun se dépouille du superflu et se retrousse les manches pour répondre à ses besoins, tout en partageant et en s’entraidant avec ses prochains (...).

L’écologie du XXIe siècle
Collectif | Seuil-Reporterre | 2020 | 224 p. | 12 €
La grande affaire du XXIe siècle sera l’écologie : comment, face à une dégradation de la biosphère jamais observée dans l’histoire, allons-nous empêcher le désastre et refaire une société juste et pacifiée ? Ceux qui tiennent aujourd’hui les manettes de la société n’ont pas la réponse à cette question cruciale. Mais une nouvelle génération arrive aux commandes et donne le ton de ce que seront les décennies à venir (...).

Notre corps, nous-mêmes
Collectif NCNM | Hors d’Atteintes | 2020 | 384 p. | 24,50 €
À travers de multiples récits d’expérience, des témoignages récoltés lors de groupes de parole et d’entretiens, mais aussi des données médicales et scientifiques, ce manuel féministe propose des outils permettant aux femmes de mieux se connaître et de se sentir plus sûres et plus fortes, ensemble (...).

• Paul Robenson
Gerald Horne | Otium | 2020 | 332 p. | 25 €
En 2018, le Musée du quai Branly organisait une exposition dédiée à Paul Robeson. Mais comment expliquer que le paysage éditorial francophone n’ait pas consacré le moindre ouvrage à cette figure éminente de l’histoire africaine-américaine ? Sa carrière artistique - acteur, chanteur, écrivain - et son activisme lui ont valu une reconnaissance et une notoriété sans équivalent (...).

Ivan Illich & la société conviviale
Thierry Paquet | Le passager clandestin | 2020 | 112 p. | 10 €
Philosophe, historien, prêtre sans paroisse, enseignant nomade et polyglotte, Ivan Illich (1926-2002) fut une figure incontournable des débats intellectuels des années 1970. Implacable critique de la société industrielle, il a démontré qu’au-delà d’un certain seuil, les institutions se révèlent contre-productives (...).

La vraie vie est ici. Voyager encore ?
Rodolphe Christin | Écosociété | 2020 | 136 p. | 12 €
Considérant les ravages du tourisme et les effets délétères de son industrie, il est généralement de bon ton d’opposer à la figure du touriste celle du voyageur, dont les intentions seraient nobles et les agissements respectueux des populations et des environnements. Or, est-il encore possible de concevoir le voyage comme mode d’être au monde et comme moyen d’aller à sa rencontre ? Et d’où nous vient ce « besoin » de voyager ? (...).

Le sexisme, une affaire d’hommes
Valérie Rey-Robert | Libertalia | 2020 | 264 p. | 18 €
« On ne naît pas homme, on le devient. » C’est en partant de ce postulat que Valérie Rey-Robert analyse la construction du genre. Selon elle, le principal problème des violences faites aux femmes est la virilité. Elle nous invite à nous questionner sur la socialisation des garçons et des filles, sur la masculinité et sa violence inhérente, sur nos stéréotypes de genre (...).

Rendre le monde indisponible
Hartmut Rosa | La Découverte | 2020 | 144 p. | 17 €
Le désastre écologique montre que la conquête de notre environnement façonne un milieu hostile. Le surgissement de crises erratiques révèle l’inanité d’une volonté de contrôle débouchant sur un chaos généralisé. Et, à mesure que les promesses d’épanouissement se muent en injonctions de réussite et nos désirs en cycles infinis de frustrations, la maîtrise de nos propres vies nous échappe (...).

Histoire contre tradition. Tradition contre histoire
Agustin Garcia Calvo | La Tempête | 2020 | 106 p. | 12 €
Dans cet essai d’une logique rigoureuse, Agustín García Calvo analyse le phénomène d’écrasement des traditions autonomes et collectives qu’opère le mouvement de l’histoire dans ses phases successives. La tradition s’incarne sous la forme d’une mémoire intuitive, pratique et créative, tandis que l’Histoire enracine son avancée par un mouvement d’abstraction de la vie (...).

L’industrie culturelle au XXIe siècle
Robert Kurz | Crise et Critique | 2020 | 152 p. | 9 €
Publicité, économie du savoir, internet, culture de la gratuité, virtualisation de la réalité quotidienne, ce livre nous permet de renouer avec une analyse critique radicale de la marchandisation de la culture (...).

Le réveil de l’utopie
Michèle Riot-Sarcey, Jean-Louis Laville | L’atelier | 2020 | 138 p. | 13,90 €
Ce livre plaide pour que chacune et chacun d’entre nous se mette à l’écoute des pratiques émancipatrices qui, du Chiapas à Notre-Dame-des-Landes, des collectifs de Gilets jaunes aux places d’Alger et de Santiago, en passant par les associations et les lieux du travail, dessinent, dès aujourd’hui, le visage d’une démocratie réelle et toujours inachevée (...).

La fin de l’amour. Enquête sur un désarroi contemporain
Eva Illouz | Seuil | 2020 | 416 p. | 22,90 €
L’amour semble aujourd’hui marqué par la liberté de ne pas choisir et de se désengager. Quel est le prix de cette liberté et qui le paye ? C’est tout l’enjeu de cet ouvrage appelé à faire date, et qui prouve que la sociologie, non moins que la psychologie, a beaucoup à nous apprendre sur le désarroi qui règne dans nos vies privées (...).

••••• LITTÉRATURE

Nous avons les mains rouges
Jean Meckert | Joelle Losfeld | 2020 | 310 p. | 12,80 €
Comme dans la plupart des romans de Meckert mais aussi dans ceux qu’il écrira plus tard pour la Série Noire sous le pseudonyme d’Amila, le protagoniste de Nous avons les mains rouges est cet homme droit mais seul, réfractaire aux embrigadements de tout genre. Passionnant document sur un moment d’Histoire trouble et peu visité, ce roman est dans le même mouvement profondément humain (...).

Crazy Brave
Joy Harjo | Globe | 2020 | 176 p. | 19 €
Crazy. Folle. Oui, elle doit être folle, cette enfant qui croit que les songes guérissent les maladies et les blessures, et qu’un esprit la guide. Folle, cette jeune fille de l’Oklahoma qui se lance à corps perdu dans le théâtre, la peinture, la poésie et la musique pour sortir de ses crises de panique (...).

• Le Boxeur
Jim Tully | Éd. du Sonneur | 2020 | 200 p. | 20 €
Salué par la critique littéraire, la presse sportive et les pugilistes eux-mêmes, Le Boxeur (The Bruiser en anglais), publié en 1936, est l’une des œuvres de fiction les plus informées de la littérature consacrée au « noble art ». On y retrouve le rythme trépidant, les phrases courtes et suggestives, les dialogues authentiques et la rude humanité de l’auteur de Vagabonds de la vie, Circus Parade et Les Assoiffés.

Moi, le suprême
Augusto Roa Bastos | Ypsilon | 2020 | 520 p. | 25 €
Cette œuvre magistrale de Roa Bastos se fonde sur l’histoire d’une seule vie, celle du despote paraguayen, José Gaspar de Francia, qui a dirigé son pays comme « dictateur perpétuel » de 1816 à sa mort (...).
lire la suite




25 mai 2020
La Guyane ébranlée par un nouveau projet de mégamine à ciel ouvert
Info
25 mai 2020
À pied, à vélo, en canoë… Voyager lentement pour se reconnecter au vivant
Enquête
14 avril 2020
La solidarité, vaccin et remède contre la pandémie
Tribune