La lutte contre l’artificialisation des terres s’organise

Durée de lecture : 3 minutes

17 avril 2012 / Stop Artificialisation




Suite à l’appel lancé par la Confédération Paysanne, des représentant-e-s d’organisations, de collectifs mais aussi de participant-e-s venu-e-s à titre personnel, se sont réuni-e-s le week-end du 9 au 11 mars à Notre Dame des Landes. L’objectif était clair : fédérer les luttes contre l’artificialisation des terres nourricières.

Le lieu était emblématique puisqu’à Notre Dame des Landes, la résistance à la construction d’un aéroport au Nord Ouest de Nantes est de plus en plus virulente. D’autres lieux étaient représentés où les luttes contre des projets d’artificialisation des terres - de lignes LGV notamment - sont tout aussi actives : Puy de Dôme, Var, Pays Basque…

Ce week-end de travail, un réel forum, s’est organisé en ateliers pour trouver et réfléchir aux actions de sensibilisation possibles, communes à toutes les luttes contre l’artificialisation des terres fertiles.

La production de ces ateliers s’articule autour de 3 grands axes :

1 - Création d’une « boîte à outils » pour argumentaires

Elle permettra à la fois d’offrir des outils aux convaincu-e-s pour gagner dans leurs luttes mais aussi de pointer des arguments pour convaincre celles et ceux qui seraient encore dans « l’ignorance ».

Les argumentaires pourront proposer :

- de démonter les logiques économiques, capitalistes, industrielles, autoritaires ... qui sous-tendent tous les projets d’artificialisation des terres,

- de montrer les atouts des territoires touchés (patrimoine, services publics locaux, environnement, tissu économique et social),

- de démontrer l’inutilité et les dangers économiques, environnementaux et sociaux du projet d’artificialisation.

Enfin, les luttes pourront aussi présenter des exemples de gestion alternative et proposer des mesures de remplacement propres au territoire menacé.

2 - Proposition de moyens d’actions innovants

Pour appuyer encore la sensibilisation nécessaire, un atelier s’est penché sur les moyens d’actions à proposer, soit dans un esprit de méthodes classiques ou au contraire en proposant des actions humoristiques et innovantes. Que ce soit au contact direct avec la population ou par la voie des médias, une liste de moyens très fournie a été dressée proposant différents styles de manifestations originales (à vélo, de nuit, fourche en main, marches, opérations escargot, aides aux champs, chorales de légumes, actions clownesques, conférences gesticulées …).

3 - Mise en réseau des luttes

Afin de se tenir informés et d’échanger sur les méthodes et les expériences vécues de chacune des luttes, il a été décidé de mettre en place un réseau des luttes via Internet notamment : le site dédié proposera une carte des luttes, une newsletter, un centre de ressources, la trame de l’argumentaire, un agenda stratégique, un espace de discussion.

Parallèlement, un bulletin ‘Stop Artificialisation’ (sortie le 17 avril à l’occasion de la journée internationale des luttes paysannes), sera édité tous les 6 mois. Ce support papier permettra d’échanger et de diffuser des informations sur les différentes luttes du territoire national.

Le week-end de travail s’est achevé par la visite d’acteurs de l’association de petits paysans de Loire Atlantique « Le Wagon » venus présenter des exemples d’actions et de luttes actuellement menées par eux. Avant de se quitter, les participant-e-s étaient également invité-e-s à visiter les sites occupés sur la ZAD de Notre Dame des Landes.

Grâce à la pertinence et l’efficacité de ce forum, des actions concrètes et fédératrices ont donc été proposées, pour certaines d’entre elles déjà vivantes. Un réel mouvement national de solidarité et de convergence des luttes contre l’artificialisation des terres nourricières est en train de naître !



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre



Source : Courriel à Reporterre

Infos : Stop Artificialisation

Photo : Basta

Lire aussi : Contre l’artificialisation des terres, les collectifs de lutte se retrouvent les 10 et 11 mars

22 mai 2020
Après deux mois de confinement, la gueule de bois des producteurs
Reportage
23 mai 2020
« Laudato Si’ », un ferment de conversion écologique pour les chrétiens
Tribune
14 avril 2020
La solidarité, vaccin et remède contre la pandémie
Tribune