La lutte contre les Grands projets inutiles s’organise en Europe

Durée de lecture : 2 minutes

10 septembre 2011 / Acipa

Partout en Europe, des grands projets inutiles et coûteux sont imposés aux citoyens. Une réunion en Italie a réuni les associations opposées à dix grands projets d’infrastructures en France, en Italie, en Irlande, en Espagne et en Allemagne.


Devant la prolifération de grands projets d’infrastructures en Europe, le mouvement italien No Tav (en lutte contre un projet de LGV entre Lyon et Turin) a organisé en Italie le premier forum contre les Grands Projets Inutiles (Venaus-Busseleno, Val de Susa) du 26 au 30 août 2011.
Une délégation de l’ACIPA a été invitée à y intervenir.

300 participants venus d’Italie, d’Allemagne, d’Espagne, de France ou d’Irlande ont débattu de 10 grands projets européens, qui sont à l’origine d’importants mouvements d’opposition (Val de Susa, Pays basque, Frioul, Abruzzes, Marches, Ombrie, Stuttgart, Nantes-Notre-Dame-des-Landes, Barcelone, Florence, Asti, Turin, Mayo (Irlande) et Gênes).

Les participants ont constaté que dans tous ces pays, des projets de LGV, d’infrastructures ferroviaires, d’autoroutes, d’aéroports, de plateformes pétrolières et de gazoducs sont planifiés sans réelle concertation avec la population. Ces projets servent en premier lieu les intérêts de quelques banques et grandes entreprises privées ainsi que de politiciens. Ce faisant, des milliards d’euros sont gaspillés au détriment d’investissements utiles pour la population. Souvent l’environnement est irrévocablement saccagé, le patrimoine détruit.

Partout, les citoyens ont la volonté de s’engager, de proposer des solutions alternatives, mais on ne leur reconnaît pas ce droit démocratique. Leurs manifestations et leurs actions de résistance sont souvent criminalisées (gaz lacrymogène et violence contre les opposants, arrestations, procès en série, etc...) pour les intimider et les discréditer aux yeux de l’opinion. Mais cela n’affaiblit pas pour autant leur détermination et leur mobilisation.

A l’issue de cette rencontre, les participants ont pris une série de décisions pour se doter d’outils et de moyens communs (site internet et vidéos) pour la convergence de leurs actions, dont la reconduction annuelle de ce Forum dans la perspective d’une participation au Forum Social Mondial de Tunis en 2013 par exemple. Les bases d’une organisation de la 2e journée européenne contre les Grands Projets Inutiles ont été posées (manifestations et actions simultanées dans différents pays et régions). Des actions de solidarité seront entreprises...

Ainsi, la participation de soutien à la manifestation à Paris (prévue en novembre 2011) avec les opposants à l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes (Nantes) a été annoncée.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Communiqué de presse de l’ACIPA (Association Citoyenne Intercommunale des Populations concernées par le projet d’Aéroport de Notre Dame des Landes).

Contact : Forum contre les grands travaux inutiles

Lire aussi : Vinci, bétonneur mondial, est partout

27 août 2019
Au Camp Climat, plus de militants et plus déterminés
Reportage
18 septembre 2019
Climat : de la prise de conscience à la conscience politique
Édito
19 septembre 2019
Week-end féministe à Bure : « Le nucléaire est un monstre du patriarcat »
Entretien




Du même auteur       Acipa