La marche de dimanche : une formidable intelligence collective

Durée de lecture : 2 minutes

12 janvier 2015 / Pascale Solana (Reporterre)

Dimanche, nous étions des fourmis. Animés par une intelligence collective et par le désir de s’unir aux autres pour faire corps.


- Paris, reportage

Dimanche 14 h. Rue de la Roquette, face à la place Léon Blum, à mi chemin entre République, le départ de la manifestation et Nation, le point d’arrivée. Impossible d’aller plus loin. Les chefs d’Etat doivent passer ici. Policiers suréquipés. L’un d’eux, visiblement très fatigué, répond pour la énieme fois que « non, on ne peut pas traverser le carrefour ». Et non, il ne connaît pas le nom des rues adjacentes car il arrive de province ce matin.

Les gens repartent, décidés à rallier République ou bien Nation. Familles, couples, groupes d’amis, les voici qui se dispersent dans les rues parallèles pour tenter de rejoindre l’un des points de la manifestation. Rue Petiot, Chemin Vert, avenue Parmentier. Re-barrage. Pas moyen d’avancer encore. On attend les officiels.

Qu’importe, les gens repartent pour trouver une autre voie. Jamais vu autant de monde dans les rues de Paris, y compris les petites. Et puis il y a quelque chose d’inhabituel. Pas de bruit. Oui, mais quoi d’autre ? Une sorte de sérénité. Certes, mais autre chose encore. Ah, mais bien sûr, il n’y a pas de voiture. Pas de moto. dans les petites rues comme dans les grandes. Rien d’autres que des femmes, des hommes et des enfants qui marchent et se dirigent quelque part.

Ils marchent, un peu dans tous les sens mais l’air très décidé, plans et portables à la main. « T’es où ? J’arrive ». Petite averse. Ils continuent, à l’image d’une fourmilière. Observé un à un ou en petits groupes, on ne perçoit pas la direction de leur mouvement. Ils donnent l’impression de faire partie d’un gigantesque organisme riche de vie et de diversité que meut une formidable intelligence collective. Chaque membre en est empreint et cherche le point de rassemblement, conscient d’être ensemble. On sent les interactions lorsque les regards s’échangent. Et ce quelque chose qui les conduit ce jour là à rejoindre, à s’unir aux autres pour faire corps. Et nous voici remontant vers le métro Père Lachaise où toutes les énergies débouchant des rues adjacentes se retrouvent dans le calme boulevard de Menilmontant.

Applaudissement en vagues. Incroyable inventivité des messages, pancartes et autres signes fabriqués maison. « Je suis Charlie, flic, juif », « Je suis la liberté », « Libre comme l’art », « Même pas peur ». Crayons dans les chignons, châles tricotés au crochet en bleu-blanc rouge sur les épaules, « liberté » brodé au point de croix en vitesse épinglé sur l’anorak, love ici, paix là, liberté d’expression, drapeau bleu blanc rouge.

20h. Un hélico dans le ciel. Dans les différentes artères, le grand organisme tout rassemblé, se concentre et se dilate enfin dans sorte de grande respiration qui va durer plusieurs heures jusqu’à la nuit.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Lire aussi : Ce soir, je suis Charlie

Source : Pascale Solana pour Reporterre.

Photos : Eric Coquelin, sauf place de la Nation : Pascale Solana.

20 septembre 2019
Les simulations françaises décrivent un avenir catastrophique
Info
21 septembre 2019
Avec le sommet de l’ONU sur le climat, Antonio Guterres veut secouer les États
Info
21 septembre 2019
EN VIDÉO - « Nous, Gilets jaunes, écolos, handicapés, paysans, travailleurs, avons un message commun »
Tribune




Du même auteur       Pascale Solana (Reporterre)