La ministre de l’Ecologie prend l’avion plutôt que le train pour aller à Clermont-Ferrand

Durée de lecture : 2 minutes

5 avril 2013 / Respire // Reporterre

Delphine Batho ne prêche pas d’exemple : elle se rend en avion à Clermont-Ferrand pour un congrès d’écologistes portant sur le thème de la mobilité.


[Note de Reporterre : la ministre de l’Ecologie se rend au 37e congrès de France Nature Environnement à Clermont-Ferrand ce vendredi 5 avril. Le thème en est : Mobilités de demain]

Un avion, propulsé au kérosène détaxé et qui n’a pas la chance d’être pourvu d’un filtre à particules, émet en très grande quantité du monoxyde carbone, des Composés Organiques Volatils, des oxydes d’azote, du dioxyde de souffre et des particules fines. Pour connaître les émissions gazeuses des avions, il suffit de se rendre sur le site du ministère de l’Ecologie à la page du transport aérien.

Delphine Batho emprunte le vol AF7432 à 9:15 au départ d’Orly en direction de Clermont-Ferrand et repart le soir par le vol AF7439 de 18:50. Elle parcourt ainsi environ 800 kilomètres aller/retour. Selon nos calculs, rapportés à un passager et pour un trajet de 800 kilomètres, Mme Batho a émis :

147 000 microgrammes de monoxyde de carbone,
24 000 microgrammes de COV,
22 000 microgrammes de COV non méthanique,
270 000 microgrammes de NOx,
24 500 microgrammes de SO2,
12 300 microgrammes de particules fines.

Soit au total 500 grammes de polluants tous aussi dangereux pour la santé les uns que les autres. Pour mémoire, la France est hors la loi depuis le 28 février 2013 parce qu’elle ne respecte pas les normes « terrestres » sur les particules fines et elle sera bientôt hors la loi sur le dioxyde d’azote.

Rappelons que des épisodes de forte pollution sont actuellement en cours en France.

Pas obligée de respecter la charte du gouvernement pour un trajet qui prendrait plus de 3 heures en train (ici 3h30), la ministre de l’Ecologie qui parle de dérèglement climatique dans Libération, se sent sali par M. Cahuzac dans Le Figaro et doit (enfin) quitter son logement social évoqué sur Rue 89, devrait plutôt montrer l’exemple sur la qualité de l’air, sujet qu’elle a à sa charge et pour lequel son engouement reste encore à démontrer.

................................

PS 2 : Pour le calcul, la source des émissions est ici, à partir de la page 10.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Respire

Lire aussi : Batho patauge sur Notre Dame des Landes



Documents disponibles

  Sans titre
27 février 2020
Quand des villes refusent d’être vendues à des multinationales
À découvrir
28 février 2020
La forêt est un bien commun, pas une entreprise
Tribune
28 février 2020
Les candidats à la mairie de Paris confrontent leurs projets écologiques
Info